~ Les registres des chevaliers ~ Forum Index
 
 
 
~ Les registres des chevaliers ~ Forum IndexFAQSearchRegisterLog in

Le chemin de la Vérité
Goto page: <  1, 2
 
Post new topic   Reply to topic    ~ Les registres des chevaliers ~ Forum Index -> La Bibliothèque -> Biographies
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Aedlam
Ancien CDU

Offline

Joined: 19 Sep 2007
Posts: 86

PostPosted: Mon 24 Dec - 09:54 (2007)    Post subject: Le chemin de la Vérité Reply with quote

Chapitre 11 : Le face à face


L'aube. Les Chevaliers se levèrent et s'armèrent en vitesse, ils rejoignirent ensuite les rangs de l'Alliance. Les deux armées se faisaient face. Le sort lancé par les officiers de la Main d'Ebène avait été très utile mais son effet s'était stoppé avec le temps et les agents du Fléau était à nouveau plus nombreux. Aedlan et ses officiers vinrent se placer aux côtés du général humain, avec lui se trouvait un caporal elfe et deux sergents nains, visiblement des jumeaux.

Ils se tournèrent vers l'ennemi et attendirent que leurs officiers se placent en avant. Ils n'eurent pas très longtemps à attendre : les troupes morts-vivantes se séparèrent en un endroit pour les laisser passer, mais les Chevaliers haussèrent les sourcils et eurent un mouvement de recul en voyant qui arrivait. Il était deux fois plus grand qu'eux, son armure étincelante semblait absorber toute lumière autour de lui, il avait la couronne sur sa tête et ses yeux bleus lumineux fixaient les Chevaliers, il portait son épée maudite et se fraya un chemin jusqu'à l'avant de l'armée, à ses côtés il y avait des Chevaliers de la Mort. Arthas s'avança de deux pas et tira sa lame, un sourire diabolique se dessina sur ses lèvres.

En formations !

Aedlan sursauta en etendant le général parlé, il le regarda à la fois avec un immense respect pour son courage d'aller affronter un tel adversaire, et en même temps avec une pointe d'amertume pour sa folie. Lui et ses officiers retrouvèrent leurs huit compagnons, eux aussi avaient vu leur ex-maître, il les rassura en leur expliquant qu'il y avait peu de chance pour qu'Arthas se joigne à l'assaut. Il leur ordonna de se mettre en rangs et de sortir leurs armes. Des deux côtés on entendit raclé le métal et quelques soldats se lancèrent des insultes, derrière lui Aedlan entendit les archers bander leurs arcs. Il savait qu'un epartie des personnes en armes n'avait encore jamais combattu, certains étaient même des volontaires dans le population du bourg. Poussant un soupir, Aedlan se prépara à l'assaut. Les cors sonnèrent et les deux camps chargèrent, le bruit de la course perdue dans celui des cris de guerre. Les Chevaliers de la Main d'Ebène se frayèrent facilement un chemin, tous ensemble ils avançaient en triangle. cette formation avait l'avantage d'être redoutable, mais si l'un des maillons de la chaîne venait à perdre les autres, il était condamné, Aedlan en avait bien conscience et c'est pour cela qu'il avançait lentement, de façon à ne perdre aucun camarade. Lorsqu'ils arrivèrent près d'un groupe de combattants de l'Alliance, Aedlan ordonna la séparation. Ils se dispersèrent donc dans toute la mêlée.

Alors il le vit. Arthas. Il avançait vers lui, épée à la main. Aedlan commença à reculer, puis ils e stoppa. Allait-il fuir à jamais ? Allait-il toujours reculer face à son adversaire ultime ? Non ! Il prit son épée et avança, et vit le Roi Liche sourire.


Je vous tiens !

Leurs larmes s'entrechoquèrent violemment, faisant jaillir des étincelles bleutées, ils reculèrent en même temps et feintèrent plusieurs fois pour se jauger. Aedlan passa le premier à l'attaque, décidé à ne pas laisser l'initiative à son adversaire. Il débuta par une attaque horizontale, se pliant en deux de façon à avoir plus de puissance il visa l'abdomen, Arthas esquiva facilement sur la droite et contre-attaqua aussitôt par une attaque en diagonale partant de son épaule gauche à sa jambe droite, Aedlan recula vivement et para la lame maudite, il ressentit la violence du choc jusqu'à l'épaule mais ne se laissa pas distraire, il enfonça sa propre épée vers la cuisse d'Arthas, celui-ci esquiva encore, jouant du poignet et pivotant sur un pied légèrement il perça la défense du maître de la Main d'Ebène et lui entailla le bras droit. Aedlan hurla, la blessure était minime mais le contact avec Frostmourn n'était pas très agréable. Décontenancé il ne vit pas Arthas se jeter sur lui pour le finir, il sentit la lame damnée s'enfoncer dans son corps comem dans du beurre, elle brûla sa chair, ses os et ses organes, son corps était dévastée par la magie de l'épée et Arthas le surplomber de toute sa hauteur, riant ; Aedlan baissa les yeux vers son ventre, du sang coulait abondemment, d'une torsion de poignet Arthas fit tourner son épée à l'intérieur de lui ce qui lui arracha un spasme étouffé par le sang dans sa bouche, il cracha à terre, lorsque la lame se retira il se sentit vider et s'écroula sur les cadavres des morts précédents qui jonchaient déjà le sol. Il tremblait, il avait froid, il ne sentait plus ses membres, ses paupières se fermèrent en même temps que sa respiration diminua, il vit les pieds d'Arthas passer de vant ses yeux, son ancien maître lui donna un coup de pied botté dans la figure, alors il entendit les os de sa mâchoire se briser, puis ses yeux devinrent blancs et sa vision s'assombrit. Il ferma ses paupières et poussa un long soupir interminable.

Nooooooooon !

Il reconnu la voix de son frère, elle était lointaine, si lointaine... Une lumière blanche apparut, elle dançait devant ses yeux, ou dessous, il ne savait pas bien. Il se sentait attiré par elle. Lorsqu'il s'en approcha celle-ci changea de couleur et devint verte, puis une voix retentit, caverneuse :

Ton heure n'est pas encore venue...

Il se sentit tirer en arrière brutalement, il rouvrit les yeux et vit son frère en train de combattre farouchement Arthas. Il avala une énorme quantité d'air et se releva lentement, trop lentement pour sauver son frère qu'Arthas transperça comme il l'avait transpercer lui. Fou de rage, un voile rouge passa devant ses yeux, il se redressa de toute sa taille, Arthas se tourna vers lui et écarquilla ses yeux.

C'est impossible ! Mais ce n'est pas grave, j'aurais deux fois plus de plaisir à vous tuer.

Il s'approcha de lui, épée levée, et l'abbattit verticalement, Aedlan recula puis fit un pas de côté, il roula derrière Arthas et lui envoya un coup de pied dans les rotules, celles-ci sortirent de leur emboitement et Arthas poussa un cri de douleur intense, il se retourna avec le buste et tenta de décapiter Aedlan, celui-ci repoussa la lame et s'approcha d'Arthas pour le tuer, pour venger son frère, pour venger tous ceux morts par sa faute ! Mais arrivé à cinq pas de sa proie il vit surgir des Chevaliers de la Mort, ceux-ci se postèrent comme un bouclier devant leur maître et Aedlan stoppa sa charge, il partit sur le côté et retourna dans la mêlée afin d'éviter un affrontement inutile, il entendit la voix d'Arthas derrière lui.

Je...

Il courrait, toujours plus loin, ne jettant pas un regard en arrière.

Vous...

Une larme perla sur sa joue, il tenta de retenir les autres. Il pleurait pour la première fois depuis sa non-vie.

Hais !

Un vent violent se déchaina alors qu'il retrouvait ses officiers restants : Huij le vétéran et Fastin l'ami de son frère. Ceux-ci lui apprirent qu'ils étaient les seuls survivants, et Aedlan leur apprit le décé de son frère. Au loin ils virent charger les Chevaliers de la Mort, un escadron de gargouilles étaient arrivé en renfort et s'amuser clairement à massacrer les membres de l'Alliance.

C'est fini, nous avons perdu, il faut partir !

C'était on ne peut plus vrai, alors ils partirent tous trois dans la forêt, ne sachant pas où aller. Au loin retentit une dernière fois la voix d'Arthas.

Je vous retrouverais...

Ils s'enfoncèrent de plus en plus dans les bois, ils marchèrent même de nuit...
_________________
Je ne crains point la Mort car c'est elle qui guide mon bras !


Back to top
Publicité






PostPosted: Mon 24 Dec - 09:54 (2007)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Aedlam
Ancien CDU

Offline

Joined: 19 Sep 2007
Posts: 86

PostPosted: Thu 27 Dec - 20:31 (2007)    Post subject: Le chemin de la Vérité Reply with quote

Chapitre 12 : La fuite


Ils courraient tous les trois ensemble à travers les bois, épée en main. Aedlan sentait ses muscles le brûlaient, son sang avait séché mais ses blessures le tiraillaient toujours, et le froid ambiant n'arrangeait pas les choses. Il entendait ses camarade respirer avec grand bruit, lui aussi était essouflé, mais il ne pouvait pas s'arrêter car les agents du Fléau les pourchasser. Il sauta pour éviter une branche à terre, son pied retombant dans une flaque d'eau glacée, sa main posée sur la neige pour reprendre l'équilibre, il donna une légère impulsion sur son autre jambe et le voila repartit derrière ses deux compagnons. Trois. Voici donc où la Main d'Ebène est, réduite à trois membres ! Il ne devait pas penser à çà, plutôt à son chemin, droit, tout droit, ne pas s'arrêter... Il esquiva un tronc d'arbre, une flèche passa tout près de lui et il accéléra encore, ses jambes devenaient lourdes, des larmes montèrent à ses yeux à cause du vent, il haletait. Il continua néanmoins à courrir, conscient que derrière lui, les soldats du Fléau n'avaient certainement aucun problème physique, ils étaient des réincarnés après tout. Il vit apparaître une clairière au loin, un espoir naquit en lui et ses deux camarades et ils filèrent encore plus vite qu'avant vers cet endroit, glissant parfois sur des feuilles tombées, des cris de guerre retentissaient dans leur dos, les poussant toujours plus en avant, ils n'osaient ni regarder derrière eux, ni se regarder entre eux.

Enfin ils arrivèrent dans la clairière, ils dévalèrent une pente douce, gagant de la vitesse et semant un peu plus leurs poursuivants, ils continuèrent à courrir ainsi sur des lieux avant de n'en plus pouvoir et qu'enfin ils soent s'arrêter. Ils ne savaient pas où ils étaient, Aedlan leva la tête et vit une colline non loin, personne ne les suivait, ils étaient tranquil désormais.


Allons sur cette colline, de là on pourra voir toute la région si jamais on nous attaque.

Exténués, ils marchèrent quand même jusqu'à leur detsination inespérée. Ils installèrent leurs tentes, en essayant de ne pas penser à la dernière bataille, aux morts... Mais pour Aedlan s'en était trop, il pleura son frère toute la nuit. Le lendemain matin ils ne bougèrent pas, leurs muscles avaient été trop solicités la veille et ils s'offrirent donc une bonne journée de repos. Le matin suivant ils se levèrent, les muscles encore douloureux, et prirent une direction au hasard, ne sacahnt où ils étaient. Northrend était vaste et ils pouvaient très bien ne rencontrer personne, ou aucune créature, avant des mois. Ils entrèrent à nouveau dans une forêt, tout était bien calme et ils marchèrent plusieurs jours sans encombre. Mais en milieu d'une après-midi ils furent attaqués. Et ne purent rien faire d'autre que regarder. Une dizaine de nérubiens avaient surgis du sol enneigé et les entourés. L'un d'eux s'avança vers Aedlan. Il sentait ses camarades se resserrer contre lui, s'ils devaient périr, ce serait en combattant ! Mais ils n'en auraient pas le besoin.

C'est un plaisir de vous revoir, Commandant Aedlan.

Qu... vous ?!

Le sergent nérubien de Nareith. Il en laissa retomber sa garde et un sourrie non retenu se dessina sur son visage. Le nérubien vint un peu plus proche d'Aedlan encore et les autres arachnides se décrispèrent.

Nous vous avons cherché longtemps sire, nous craignions qu'un autre groupe vous ai trouvé. Vous devez être vigilant, vos ennemis sont plus nombreux que vous ne le pensiez. Mais rassurez-vous, vous comptez aussi de bons alliés.

Sur ces mots, le nérubien, du nom de Aj'Öhk, emmena les trois chevaliers vers une grotte où il vivait avec ses congénères, il lui expliqua comment leur révolte avait amené quelques désertions, dont la leur. Il leur promit de les mener vers un bastion sûr de l'Alliance, un port reculé dans les terres encore verdoyantes de Northrend où des navires faisaient désormais routes vers Azeroth afin d'avertir le monde qu'Arthas avait retrouver sa puissance.
_________________
Je ne crains point la Mort car c'est elle qui guide mon bras !


Back to top
Aedlam
Ancien CDU

Offline

Joined: 19 Sep 2007
Posts: 86

PostPosted: Sun 30 Dec - 18:45 (2007)    Post subject: Le chemin de la Vérité Reply with quote

Chapitre 13 : Premier contact


Ils avaient parcouru des centaines de kilomètres et étaient désormais proches du but, la terre était en ces lieux vertes et l'eau semblait presque à bonne température. Ils gravirent silencieusement une montagne et apperçurent une immense vallée en bas de leur position, plus loin un bastion de l'Alliance ouvrait sur l'océan. Les nérubiens les laissèrent terminer leur chemin seuls et s'en retournèrent dans leurs sous-sols. Aedlan invita avec impatience Huij et Fastin à le suivre vers la ville porturaire qu'ils atteignirent rapidement. Là ils furent introduis, habillés salement, leurs armures méconnaissables, personne ne les supposa être des Chevaliers de la Mort, de plus ils n'en avaient plus du tout la conduite. Un large sourire se dessina sur leurs visages en voyant la cité éblouissante, des enfants joués de-ci de-là en braillant sous le regard de leurs mères qui discuttaient entre elles des affaires récentes.

... toujours pas de nouvelle ?

Je crains que non, la bataille a dû être terrible, je ne comprends pas pourquoi il y a eu une telle démonstration de violence sur ce pauvre village.

Passant leur chemin, ils repensèrent justement à ceci, nul dout que les femmes parlaient de l'assaut cruel d'Arthas il y a quelques jours de cela afin de les anéantir eux, les traîtres. Il avait en grande partie réussit, sur vingt ils n'étaient plus que trois. Mais à en croire Aj'Öhk d'autres s'étaient révoltés après eux. Aedlan se sentait responsable des malheurs récents. Il chassa cette idée de sa tête et mena le groupe vers les quais. Là trois bateaux attendaient, l'un était en train d'être chargé tandis qu'un autre s'appliquait au contraire, le dernier et troisième navire semblait passif, rien ne bougeait alentours. Ils se dirigèrent vers chacun des trois bâtiments, les deux premiers faisaient route vers d'autres bastions en Northrend, mais le troisème lui ferait voile vers le port de Ménéthil, dans les Royaumes de l'Est.

Ménéthil... en terre libre ?

Hahaha ! Libre ? Plus qu'ici çà oui, mais pas entièrement mon gaillard, je ne sais d'où vous sortez les gars, mais vous avez l'air d'illuminés. Vous voulez quoi au juste ?

Aedlan lui explique qu'ils désiraient se rendre en Azeroth, le marin les introduit auprès du capitain de l'équipage, celui-ci refusa de les emmener mais leur indiqua qu'un autre navire viendrait dans les trois jours. Prenant leur mal en patience, les trois chevaliers s'en allèrent en taverne. Aedlan en profita pour demander du papier à lettre et de l'encre avec plume et commença à écrire...

Il sortit seul de l'auberge, les deux autres allants se reposer, et partit en quête du capitain vu tantôt, il le trouva près d'une écurie et lui demanda de bien vouloir transmettre ses missives en arrivant, celui-ci accepta contre trois pièces d'argent. Aedlan les lui fournit et le regarda s'en aller, d'après lui il faudrait un ou deux mois pour que les lettres arrivent, si la mer était bonne et le voyage sans ennuis biensûr. Il alla donc se coucher à son tour dans l'auberge.




Les lettres écrites par Aedlan


Quote:
Dame Roanna, j'ai bien peur de ne plus me rappeler qui vous êtes exactement, mais votre nom m'est familié. Peut-être est-ce normal après tout, après la mort on ne souvient plus de grand chose, vous souvenez-vous de moi ? Si tel est le cas, j'aimerais pouvoir, lors de notre prochaine rencontre en vos terres, en apprendre plus sur mon ancienne vie. Mon récit est trouble, sans doute, mais c'est aussi flou pour moi.
Avec l'espoir de vous revoir, Aedlan.


Quote:
Messire ou dame, je ne sais pas trop qui lira cette lettre, je me nomme Aedlan, ex-Chevalier de la Mort d'Arthas et maintenant révolté contre lui, et ancien membre de votre ordre. Je ne sais pas trop comment expliquer tout ceci, mais c'est pourtant la vérité. J'aurais plaisir à vous contacter, ou plutôt rencontrer. Je ferais bientôt route vers vos terres. Je pense que vous saurez le moment où j'arriverais.
Salutations à l'ordre, avec l'espoir de vous revoir, Aedlan.


(hrp : si quelqu'un pouvait s'occuper de transmettre la lettre à Roanna (je sais qu'elle a de sproblèmes avec internet, mais dès que ce sera réglé s'il vous plait) ; ensuite la petite histoire de transition est terminée (hé oui) vous savez maintenant beaucoup de choses sur la nouveau "Aedlam" que vous retrouverez sous le nom de "Aedlan" et via ces lettres je vous offre la possibilité de laisser les réactions de vos personnages, ne vous en faites pas je continue à passer sur le forum et on se reverra assurément à la sortie de l'extension !)
_________________
Je ne crains point la Mort car c'est elle qui guide mon bras !


Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 13:54 (2019)    Post subject: Le chemin de la Vérité

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    ~ Les registres des chevaliers ~ Forum Index -> La Bibliothèque -> Biographies All times are GMT + 1 Hour
Goto page: <  1, 2
Page 2 of 2

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Create forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group