~ Les registres des chevaliers ~ Forum Index
 
 
 
~ Les registres des chevaliers ~ Forum IndexFAQSearchRegisterLog in

Freïkugel
Goto page: 1, 2  >
 
Post new topic   Reply to topic    ~ Les registres des chevaliers ~ Forum Index -> La Bibliothèque -> Biographies
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Mnemosyn Von Wachenwazhir


Offline

Joined: 15 Jan 2008
Posts: 13

PostPosted: Tue 15 Jan - 12:13 (2008)    Post subject: Freïkugel Reply with quote

Chapitre 1 – Le chevalier noir

Lieu inconnu


L’inconnu posa son œil unique sur le chevalier sans vraiment le regarder , sa capuche l’empêchait de discerner son visage.

Tu es la… de tout ses pantins je ne pensais pas te trouver ici.


Autour de lui, le néant. Il se réveilla sur un bout de rocher flottant dans le vide, relié a une lourde porte sombre par un long chemin constitué de pierres en stases.

Tu a deux choix : Soit tu me suit, soit tu reste ici en attendant de te réveiller. Tu n’es pas un peu curieux ?


L’inconnu se dirigea lentement vers la porte qui s’ouvrit d’elle même devant lui, puis se retourna en regardant avancer son invité. Son armure noire était couverte de poussière, faisant penser a une antiquité n’ayant guère sa place en ce lieu ou le temps ne semblait pas exister.

La porte émit une lumière blanche aveuglante qui ne lui permit pas de distinguer ce qui se trouvait derrière, mais le chevalier la franchit sans réfléchir. L’inconnu ne dégageait aucune animosité, il lui semblai presque familier.

Ses yeux mirent du temps a s’accoutumer a la lumière, il se retrouva au milieu d’une immense plaine désechée, qui s’étendait a perte de vue. Sur le sol des lames plantées par milliers formaient un immense cimetière pour combattants.

Voici le futur que tu construit.


L’inconnu montra une lame sur laquelle était inscrit le nom du chevalier.

Tu es le bras armé du fléau… pourquoi suit tu cette voie ?

Une immense bourrasque se leva et emporta les armes une par une, formant une gigantesque vague d’acier se dirigeant vers lui, détruisant la scène.
Le chevalier noir leva le bras pour tenter de se protéger…

Norfendre, les Fjord hurlants


Le jeune homme se réveilla en sueur au milieu d’une épaisse foret de pins, au nord de la région appelée « les Fjords hurlants ». Ses rêves devenaient de plus en plus courants, de plus en plus réels, de plus en plus…étranges.
Il se releva et contempla la gigantesque épée runique sur laquelle il avait dormi adossé. Peut être était ce elle qui tentait de communiquer avec lui a travers ses rêves, tout comme elle lui susurrait les paroles qui le gardaient dans cet état d’aigreur et de haine constante envers lui même.
Il se pencha devant le ruisseau qui coulait a coté de lui et y plongea ses mains, passant l’eau glacé sur son visage a la pâleur déconcertante. Guère impressionnant physiquement, il se démarquait des humains habituels de Norfendre par sa petite taille et un petit air androgyne peu courant sur ce continent. Ses cheveux courts et noirs, coiffés en une mèche cachant la partie droite de son visage semblaient figés par le froid intense de la région, pourtant bien plus clément que sur le reste du continent.

Portant un long manteau noir en cuir recouvert de sangles diverses, le jeune homme semblait plus craindre la lumière que la morsure du vent du nord. Rabattant sa capuche pour se protéger, il ramassa son épée et se dirigea vers le sud.

La particularité de cette région venait du son que provoquaient les vents venant de la mer par plusieurs directions différentes en venant se rejoindre sur la cote, ressemblant au hurlement d’un animal féroce. Les habitants de la régions s’y étaient habitués et en étaient même arrivés au point ou ce son c’était transformé pour eux en un bercement réconfortant, signifiant qu’ils étaient toujours dans la seule région réellement colonisée par les humains, la seule région ou ils étaient en sécurité.
Lui détestait ça. Ce bruit ininterrompu était une agression permanente pour quelqu’un comme lui, habitué a vivre dans le silence le plus complet. Plus tôt il atteindrait sa destination, plus tôt il pourrait quitter cet endroit si hostile.
L’épée qu’il traînait lourdement derrière lui était bien plus grande que son propriétaire et creusait un sillon dans la neige sur le passage du chevalier qui semblait se moquer de laisser des traces derrière lui. Les animaux sauvages de la région le laissaient tranquille et évitaient soigneusement de se trouver dans son champ de vision, leurs instincts de survie en alerte devant cet homme qui sentait la mort a plein nez.

Le camp des Vrykul, sa destination, se trouvait un peu plus haut sur la montagne, mais quelque chose avait attiré son attention un peu plus loin… une ferme en pleine construction, bien trop éloignée de Valgarde. Bien que la région était sous le contrôle des humains, les Trolls Dakkiri, les bêtes sauvages et la récente arrivée des Vrykuls et des nains de fer rendaient la vie dangereuse loins des murs de la cité de l’alliance.

Alors qu’il s’en rapprochait, il entendit des cris accompagnés de bruits de combat, mais ne pressa pas plus le pas. Une dizaine de Trolls Dakkari se battaient contre des ouvriers agricoles pauvrement armés, qui cédaient petit a petit du terrain à leur agresseurs.
Remarquant le chevalier, l’un d’entre l’invectiva a venir les aider, tandis que le troll le plus proche s’attaqua a ce nouvel ennemi potentiel… pour finir coupé en deux par une lame gigantesque, maniée de main de maître par le jeune homme au manteau d’ébène.
Le temps s’arrêta un instant tandis que tous posèrent leurs regards sur la lame runique, quiconque vivant dans les terres glacées avait entendu parler des champions du roi liche, qui semaient la mort et propageaient les maladies sur leur passage.

En l’espace d’un instant, le petit homme se retrouva a porté de frappe et se mit a faire tournoyer sa lame , formant un tourbillon d’acier qui rendait impossible toute contre attaque.
Le Troll fut coupé en deux sous le choc suivi de son allié le plus proche, le nouveau venu se déplaçant a une vitesse effarante malgré le poids évident de son arme. Il sautait d’adversaire en adversaire, sa posture de combat très basse lui permettait d’esquiver avec facilité les attaques de ses opposants tout en ripostant la seconde d’après. D’un geste d’une précision surhumaine considérant la taille de son arme, il trancha profondément le torse du dernier troll sans toutefois le tuer.
Celui ci s’enfuit a toute jambe, et alors que l’un des ouvriers s’apprêtait à le pourchasser, le chevalier se dressa sur son chemin, barrant sa route de son épée.
L’homme baissa un regard plein d’incompréhension vers son sauveur…avant de voler plusieurs mètres en arrière, foudroyé par un choc de magie noire. Les autres fermiers n’eurent pas le temps de réagir, que les cadavres de Trolls se mirent a bouger a leurs pieds, même les plus atrocement mutilés. Ils s’attaquèrent au jambes des fermiers qui se retrouvèrent au sol en instant, pour finir rossés a coup de poings puis dévorés par les fils du fléau. Seul un fut épargné, le plus robuste d’entre eux qui se débattait, tenu par les bras et les jambes par les trolls.

Le chevalier noir lui infligea une profonde blessure a l’épaule et le laissa lui aussi s’enfuir… le survivant propagerais bientôt la maladie contenue dans son épée à sa communauté, qui infecterai quiconque tenterai de lui venir en aide et ainsi de suite…
Il regarda les Trolls s’éparpiller et disparaître sous la neige en laissant des traces de sang derrière eux, les prochains visiteurs du chantier auraient une surprise.
Sans attendre, il se remit en route. Il était attendu.


Back to top
Publicité






PostPosted: Tue 15 Jan - 12:13 (2008)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Mnemosyn Von Wachenwazhir


Offline

Joined: 15 Jan 2008
Posts: 13

PostPosted: Tue 15 Jan - 12:14 (2008)    Post subject: Freïkugel Reply with quote

Chapitre 2 – Les Vrykuls

Fjord Hurlants, Nifflevar.


Le jeune chevalier arriva enfin en vue du camp de Nifflevar après plusieurs jours de marche. Celui ci surplombait la baie du cap de la dague, menaçant le village de Valgarde en contrebas de ses canons et balistes. Les bateaux traversant la baie pour se rendre dans le bastion de l’alliance risquaient de se faire harponner et tracter le long de la falaise par d’immenses chaînes, chose malheureusement fréquente ces temps ci, la carcasse encore fumante du dernier navire de commerce ayant tenté de passer pendait ainsi contre la roche, bien en vue de leurs ennemis.

Les gardes reconnurent immédiatement la silhouette du petit homme, qui était malheureusement pour lui très bien connu de la communauté de demi-géants Vrykuls. Apparus depuis peu sur ce continent, ils avaient prêtés serment de fidélité au roi liche et alimentaient ses armées en armes et armures d’excellente facture sorties tout droit des Forges de la citadelle d’Utgarde.

Les Vrykuls faisaient aussi d’excellentes troupes d’assaut, notamment grâce a leurs Proto-dragons, cette race de dragons blancs dont nuls n’avaient entendus parler jusque la. Ils les avaient domestiqués comme montures et s’en servaient pour maintenir leur siège contre Valgarde.

Une escorte se présenta devant le chevalier et le conduit vers la plus grande hutte, dans laquelle l’attendait Asbjörn, l’un des responsables de l’entraînement des guerriers.
La tension était palpable dans l’air, les deux hommes avaient un vieux contentieux que seul l’autorité du roi liche avait empêché de régler dans le sang. En effet, l’épée que portait le jeune homme avait été forgée dans les forges d’Utgarde a l’intention de l’instructeur des Vrykuls, mais celle ci avait été « empruntée » a la suite d’une de leurs rixes qui c’était conclue par la défaite du demi-géant.
Cette épée était bien trop grande pour lui et bien entendue prévue pour être maniée par une personne de très grande taille, mais le chevalier noir continuait de l’utiliser par pure provocation, et avait réussi a la maîtriser parfaitement malgré sa petite taille. Depuis, les deux hommes se vouaient une haine mutuelle qu’ils tachaient de ne pas exprimer par le sang..

« Nous n’avons pas besoins de fouines dans ton genre ici, Hwa-Jaï, le siège de Valgarde se déroule comme prévu et les forges tournent a plein régime, tu peux dire a tes supérieurs que ta présence n’était pas requise…ni désirée. » cracha le Vrykul, dont le regard se posait sur l’épée par intermittence. Les chevaliers de la mort étaient les champions du roi liche, entrer en conflit directement avec l’un d’eux aurait pu remettre en cause la position de son peuple vis a vis de son maître, encore bien trop fragile pour être mise a mal.

Hwa-Jaï transmis la missive qui justifiait sa présence ici au demi géant et fit demi tour sans perdre de temps. Bien que se sachant a l’abris de toute attaque, il ne prêtait aucun intérêts a ce camp et sa lutte contre l’alliance. Le chevalier s’arreta un instant sur les hauteurs du camp pour contempler au loin une partie de la foret totalement calcinée par les flammes des Proto-dragons, qui planaient au dessus tel des charognards prêt a fondre sur un éventuel survivant du brasier. Il se surpris un instant a se demander si les flammes dévorant le paysage arriverait a le réchauffer, mais la réponse était évidente pour lui : ceux sous l’emprise du roi liche sont voués a souffrir d’un froid éternel, gelant le corps et le cœur de ses victimes a jamais.

Trainant son épée derrière lui, il se mis en route et quitta Nifflevar, sans se préoccuper des silhouettes grotesques qui le dévisageaient.


Back to top
Mnemosyn Von Wachenwazhir


Offline

Joined: 15 Jan 2008
Posts: 13

PostPosted: Tue 15 Jan - 12:15 (2008)    Post subject: Freïkugel Reply with quote

Chapitre 3 – Les ombres de la cité oubliée

Azjol-Nerub, Porte principale


Hwa-Jaï se tenait devant la porte principale de la citée nérubienne. La citée forteresse, vielle de milliers d’années était occupée par de nombreuses factions différentes selon les niveaux. Les nains qui occupaient les niveaux supérieurs c’étaient barricadés en scellant la grande porte et les accès aux royaumes inférieurs. Manque de chance pour les nains de garde ce soir la, le chevalier de la mort voulait rentrer.

Il semblait insignifiant face a cette énorme structure, mais il n’en avait cure : « Rien en ce monde n’est indestructible » pensa t’il, et les gardes étendus a ses pieds confirmaient cette réalité. Son épée brandie devant lui, les yeux fermés, il se concentra, faisant sienne l’énergie de la terre et du bâtiment qui lui faisait face.
Il ressentait la structure vibrer au plus profond de lui, les murs lui parlaient, lui racontaient leur histoire…chaque micro-fissures se révélaient a son esprit qui a cet instant précis était plus aiguisé que sa lame. Sans émettre un son, il leva son épée et l’abatis sur la porte qui vibra quelques secondes sous l’onde de choc en soulevant une véritable tempête de poussière.
Le silence dura le temps que la poussière retombe…révélant le chevalier qui affichait une moue contrariée, massant son bras devant une porte intacte.

« Kyahahahahaha tu croyais pas abattre cette porte avec tes p’tits bras , jah ? t’es sur que t’a pas de la famille chez les gnomes ?» s’écria une voix haut perchée derrière lui.

Le gnome s’avanca en sautillant vers le jeune homme, qui ne lui adressa même pas un regard, plus préoccupé par le peu de résultats de son attaque que par les taquineries de son compagnon.

Sprinklefuzz Steambolt était l’un des rares gnomes chevaliers de la mort que Jaï avait rencontré jusque la. Bien que sous l’emprise du roi liche lui aussi, il avait conservé intact sa personnalité et cette énergie qui l’habitait. Sa longue barbe blanche était tressée de manière a ce qu’elle ne tombe pas au sol et était décorée de petits cranes en argents, assortis a son armure en obsidienne qui semblait étonnamment bien entretenue, tellement luisante qu’il pouvait y voir son reflet. Sur son dos se trouvait un étrange sac a dos fait de diverses matières solides et d’instruments gnomes, sur lequel était attachée son épée, dont le fourreau comportais des éléments mécaniques étranges. Le jeune homme posa son regard dessus, intrigué par son absence de magie.
« Tu l’a remarquée hein ? hein ? hein ? hein ? hein ? » Dit le gnome en détachant l’épée de son paquetage d’un geste assuré.
« J’te présente la Steambolt ! s’ma création. ‘fin tu l’avait deviné jah ? Nous les gnomes on tient notre nom de notre première invention. J’étais pas a l’aise avec les runes alors j’ai reçu l’autorisation de l’utiliser, j’suis bien plus éfficace avec tu verra, r’gade, quand j’appuie la…H…hey !!! revient !! j’ai trouvé une entrée !!!».
Le chevalier noir était déjà loin, n’ayant aucun intérêt pour les babillages de l’ingénieur, qui le rattrapa tant bien que mal, en regardant derrière lui pour vérifier si une patrouille naine c’était déjà mise a leur poursuite. Il l’emmena quelques kilometres plus loin, dans la partie émergée de la citée peuplée par les Nagas, qui c’étaient appropriés les lieux comme a leur habitude.

« Matte moi ça, cette entrée était bien camouflée jah ? Mes outils l’ont trouvées en quelques minutes, tu… HEEEEEEY !!!! Attend moi !! » Il s’engouffra dans le tunel en suivant le jeune chevalier qui avait déjà une longueur d’avance sur lui.

En avançant dans le tunnel, la lumière laisse place a l’obscurité la plus totale, dont le silence n’était interrompu que par un bruit de craquement répété. Sans regarder, les deux chevaliers comprirent sur quoi ils marchaient : des carcasses de Nérubiens, les derniers habitants en date du royaume souterrain.

Ce peuple, autrefois formé d’érudits et d’artisans, était l’une des civilisation les plus avancées d’Azeroth. Mais l’arrivée de Ner’Zhul changea la donne, car les hommes-araignées étaient non seulement immunisés au fléau et au contrôle mental, mais étaient nombreux, organisés et disciplinés. Bien que vivant sous terre et ne représentant aucune menace potentielle, ils étaient néanmoins bien trop proches du trône de glace pour être ignorés. C’est ainsi que commença « la guerre de l’araignée » qui dura prêt de 15 ans, et qui annihila presque entièrement la race des Nérubiens pour en faire des serviteurs du roi liche. En effet, bien que ceux ci étaient immunisés au fléau, ils pouvaient êtres relevés par nécromancie et ainsi étoffer les rangs de leur ennemi.

Désormais, ce peuple vivait caché dans les tunnels de leur ancien royaume seuls ou en groupe organisés de résistants combattant le fléau, mais ils n’étaient plus que l’ombre d’eux mêmes. Cette race si fière de son avancée artistique et scientifique était désormais réduit a voler des instruments nécessaires a leur survie aux morts qui hantaient les lieux et ramper dans des tunnels a la recherche de la moindre chose comestible. De peuple pacifique et calme, ils étaient devenus paranoïaques et agressifs, tel était le résultat que provoquait le fléau quand il laissait des survivants.

En progressant a travers les tunnels, les deux chevaliers finirent par trouver des cristaux attachés le long des parois qui éclairaient leur chemin, dévoilant des morts vivants en train de miner et effectuer d’autres taches laborieuses. Ils finirent par déboucher sur un ville, qui n’avait pas l’air d’avoir soufferts de combats, car le fléau ne s’en prennent qu’aux vivants, ils ne pillent jamais. La légende disait que le roi liche avait repris le style architectural des Nérubiens pour ses édifices par respect envers ses adversaires.

« Alors dit moi… on fait quoi ici ? hein ? hein ? on devait rentrer a la nécropole et on est trèèèèèèèèèèèèèèèèèèès loin de la nécropole jah ? » pleurait le gnome, qui n’aimait guère les surprises.
Ils rentrèrent dans un énorme édifice, qui s’avéra être une bibliothèque remplie d’ouvrages en toutes langues, provenant du monde entier, que le jeune homme ne tarda pas a parcourir.
« T’sait je pourrai t’aider jah ? dit moi s’que tu cherche on irait plus vite ! ». Le gnome n’eu aucune réponse, le chevalier noir était déjà absorbé par ses recherches.
« T’es vraiment pas commode comme coéquipier jah ? Bon je vais pioncer moi, reveille moi quand on part. Et je suis sérieux jah ? m’oublie pas !!! » aboyât Sprinklefuzz avant de se vautrer par terre.

Dans le silence de la ville morte, le temps semblait ne plus exister, mais le temps n’était pas une chose qui préoccupait Hwa-Jaï. A partir du moment ou un homme prête serment de fidélité au roi liche, les seuls points important dans sa vie sont le moment ou il devient chevalier de la mort, et le moment ou il meurt. Le chevalier parcouru la bibliothèque de long en large pendant ce qui sembla une éternité a la recherche d’un ouvrage bien particulier, dont la rareté justifiait le danger a affronter pour le récupérer.

Finalement le gnome se réveilla en sursaut, quelque chose n’allait pas. Le silence était devenu plus inquiétant, plus… pesant. Il se dirigea vers la porte pour y trouver son équipier qui finissait de ranger un ouvrage dans son sac, visiblement aussi alerte que lui.
Plus un bruit ne se faisait entendre, pas même un bruit de pioche, et l’air se faisait malsain, comme si une main éthérée se promenait le long de leur nuque, tentant de leur rappeler ce qu’est la peur. Les deux chevaliers se regardèrent un instant et s’élancèrent en courant dans les couloirs, ne s’arrêtant pas l’espace d’une seconde pour regarder derrière eux malgré le bruit écœurant que faisaient leurs poursuivants derrière eux.

« Non pas par la !! » hurla le gnome en réalisant qu’il se trouvaient a un embranchement inconnu. Ils stoppèrent un instant et firent face a leurs adversaires, des créatures vaguement humanoïdes dont le visage ressemblait a des poulpes, et qui souffraient tous d’une déformation d’un de leur bras, complètement disproportionné.

« Tu pense que… c’est ce que je pense ? » dit le gnome, complètement paniqué a l’idée que ces créatures soit « les sans visages » dont les rumeurs avaient même atteint la nécropole.
« Pas le choix, va falloir se battre jah ? » le Gnome pointa son étrange épée sur ses poursuivants, et appuya sur un bouton situé sur le manche, ce qui propulsa le fourreau au milieu de la mêlée, avant que celui ci n’explose. Il se jeta ensuite dans la mêlée, tranchant maladroitement les monstruosité qui avaient du mal a atteindre cet adversaire véloce. Hwa-Jaï de son coté invoquait les morts et lançait tout les sorts offensifs dont il disposait, son arme étant bien trop grande pour être maniée dans un tunnel.
« T’va voir…T’VA VOIR !! » le gnome sorti une télécommande et l’activa en s’enfuyant hors de portée. Quatres bras articulés sortirent de son sac a dos et saisirent son épée qui se sépara en quatres parties, quatres épée aiguisées qui se mirent a tournoyer autour du gnome qui riait hystériquement en manipulant son étrange invention.

Le chevalier noir le regarda un instant, visiblement surpris et intéressé par cet art qu’il n’avait jamais vu auparavant, puis lui fit signe de reprendre leur fuite une fois leur dernier adversaire tombé. Le gnome rengaina son épée et se laissa porter par son invention, dont les quatres bras mécaniques le portaient et le faisait se déplacer a la manière d’une araignée, mais sa vélocité ne fut pas suffisante pour semer ses adversaires, qui furent prompts a le jeter au sol.

« Ouch !!! J..Jaï me laisse pas la !! » le chevalier continua de courir puis hésita un instant avant de se retourner et croiser le regard de son équipier, implorant.

Il se précipita sur ses adversaires et puisa dans ses dernières ressources pour les exterminer. Ses forces magiques commençaient a lui faire défaut, et son épée était toujours un fardeau dans ces couloirs étroits.
« Prend mon épée et appuie sur le bouton bleu, vite !! » implora le gnome. Le jeune homme s’exécuta en saisissant l’épée, mais regretta vite son geste.
« PROCESSUS D’AUTO DESTRUCTION DECLANCHE DANS 10 SECONDE ». La voix robotisée venait de l ‘épée, qui se mis a vibrer dans sa main.
« Je..je t’avait dit le bleu !!! pas le bleu marine !!! » Le chevalier noir attrapa le gnome par le col et lança l’épée au loin en reprenant sa course, la sortie se faisait proche. Au moment ou l’explosion retentie, ils furent projetés par le souffle hors du tunnel, visiblement a l’abris de leurs poursuivants.

« MA STEAMBOOOOOOOOOOOOLT !!! tu l’a fait exprès jah ?? » le gnome pleurait de toute ses forces, accablant le chevalier de reproches, pendant que celui ci l’observait, le regard plein d’incompréhension. Il venait de sauver une vie instinctivement.


Back to top
Mnemosyn Von Wachenwazhir


Offline

Joined: 15 Jan 2008
Posts: 13

PostPosted: Tue 15 Jan - 12:15 (2008)    Post subject: Freïkugel Reply with quote

Chapitre 4 : La nécropole

Lieu inconnu


Hey…HEY !! tu compte dormir longtemps ?
l’inconnu était assis sur le dos du chevalier noir, qui était étendu par terre. Dormir dans tes rêves, c’est un moyen de fuir la vérité ?

Le jeune homme commença a se débattre, mais il ne put se libérer de ce « poid ».

Matte ça, ça devrait te rappeler quelque chose. Il tira les cheveux de son invité pour lui relever la tête, celui ci ouvrant de grand yeux en contemplant la scène. Il était de retour chez lui, dans la maison de son enfance.

Il se voyait préparer ses affaires avec le chevalier Edward Mayfield dont il était l’écuyer pour partir sur le continent de Norfendre, avec l’expédition qu’avait monté Arthas dans le but de vaincre le trône de glace.

T’étais un petit gars bien a cette époque, regarde toi, ton regard est pleins d’admiration pour ce paladin ! la lumière, pourquoi tu l’a abandonnée ?

Son regard se posa sur sa mère, qui devait le croire mort depuis tout ce temps. Une lueur de faiblesse fit son apparition dans ses yeux, et tandis que la honte le submergeais, le poids de l’inconnu se fit plus lourd sur lui, devenant insupportable. Celui ci tira un peu plus les cheveux de sa victime, le forçant a regarder vers lui et l’observa un instant, son visage masqué par des mèches de cheveux de Jais, dont seul son œil rouge filtrait au travers. Il lui adressa un sourire mi-vicieux, mi-amusé, mais décidément plein de suffisance.

Tu n’es pas encore perdu.

Norfendre, Nécropole inconnue

Hwa-Jaï se réveilla en sursaut sur le sol du glacier de la couronne de glace ou il avait passé la nuit, le corps en sueur malgré le froid. Encore ce rêve, toujours cette même personne, qui semblait lire en lui comme un livre ouvert, qui semblait le connaître mieux que lui même.
Ce n’était pas un rêve normal, il devait en trouver l’origine car l’idée qu’une personne puisse se promener dans son esprit et le manipuler le rendait malade et avait fait naître en lui un sentiment d’insécurité assez nouveau pour lui, qui avait abandonné tout sentiments.

Il ramassa son épée et regarda autour de lui. Il devait être le seul être vivant a la surface du glacier, toute forme de vie avait été soigneusement éradiquée par le roi liche pour que cette région de Norfendre lui soit entièrement soumise. Les morts vivants travaillaient jours et nuit sans relâche, ne ressentant ni les effets de la fatigue, ni ceux du froid. C’est d’ailleurs grâce a cette particularité qu’ils battirent en si peu de temps la forteresse de la couronne de glace, la forteresse impénétrable du roi liche.

Le jeune homme était fasciné par cette machine bien huilé que représentait les régions totalement soumises au fléau. Pas de questions, juste une tache attribuée a une « forme de vie » qui l’exécutait jusqu'à sa destruction. Pour lui, le principal soucis de l’homme, celui qui le poussait a partir en guerre, a convoiter les biens de son voisin, a tuer, a éprouver toute sortes de sentiments mauvais, venait du fait qu’une personne se comparait toujours a son voisin, apportant trop d’importance au regard que les autres posaient sur lui. Deux « personnes » soumises au roi liche n’éprouvait plus de désirs déplacés ni jalousie envers son prochain : On lui donnait une tache a exécuter, et au final, tous finiraient par êtres les outils du roi liche. Il ne peut y avoir qu’une personne au sommet du monde. Si tout le monde venait a accepter la toute puissance de son seigneur, et de l’accepter comme maître unique, la vie de chacun serait tellement plus facile.

Il ramassa ses affaires et traînant son épée le long de la glace, il se fraya un chemin a travers les morts qui habitaient le glacier pour se diriger vers une structure pyramidale qui émergeait du sol. La porte d’architecture typiquement Nérubienne s’ouvrit d’elle même face au chevalier, qui s’engouffra dans l’étroit couloir qui le conduit au centre de la nécropole, qui grouillait de toutes sortes d’abomination indescriptibles. L’heure du départ pour Azeroth approchait, et les troupes se rassemblant dans la forteresse mobile, l’air se faisait de moins en moins facile a respirer.

« Jaï te v’la enfin !! » Le Gnome se rapprocha de son équipier en sautillant, faisant vraiment tache dans ce décor infernal.
« Vient avec moi, les chevaliers de la mort ont une aile pour eux, avec des chaises et des lits, tu sait c’est un luxe ici jah ? J’y ai aussi installé mon atelier pour t’apprendre les bases de l’ingénierie comme tu m’la demandé, soit fier, tu va apprendre d’un génie ! Kyhahahaha ! Tu sait que j’ai bossé sur Thaddius jah ? une de mes plus belles créations ! Dommage qu’ils l’aient transférés a Naxxramas.»

Sur le chemin, le chevalier croisa des chevaliers de la mort réanimés. Ces chevaliers, contrairement a lui, avaient échoués dans leur mission et trouvés la mort, avant d’être réanimés grâce a la nécromancie. Certains pensaient que c’était l’évolution ultime de leur condition, et que c’était un honneur de parvenir a cet état de non vie. Bien qu’il n’était pas contre l’idée de devenir un jour une telle horreur, il considérait que les chevaliers qui mourraient en mission étaient des perdants indigne de cet honneur, et que si il devait se retrouver dans cet état, ce serait en récompense de ses accomplissements, pas après une défaite. L’image de sa mère vue en rêve la nuit dernière lui revint l’espace d’un instant, troublant son esprit et faisant naître en lui un sentiment de dégoût intense envers lui même, qu’il tacha de balayer rapidement de ses pensées.

Il était un chevalier de la mort. Aujourd’hui et a jamais, son destin ne changerai pas.

La pièce dans laquelle il entra aurait horrifié n’importe quelle personne : Des cadavres démembrés jonchaient le sol devant un immense troll qui les recousaient, formant des sculptures de chair difformes et grotesque. Celui ci avait greffé sur ses épaules les têtes des deux derniers adversaires qui lui avaient le plus inspiré de respect, ne ressemblant plus a aucune forme de vie connue sur Azeroth.

« Toi… » Le Troll se leva et s’approcha de Hwa-Jaï, la tête relevée. Il expira un grand coup, faisant sortir ses globes oculaires de ses narines et dévisagea un instant le chevalier, pendant que les restes de têtes humaines sur ses épaules se dandinaient de droite a gauche a chaque mouvement.
« Ton avenir est sombre… ou lumineux…je n’arrive pas a te lire, tu es un être si étrange… Prête moi ta main et je te dirai quel est ton destin avec exactitude… mais je garderai ta main, le Gol que tu dégage est si… merveilleux»

« Euh… oui oui okay Zuljundwumn, mais on va y aller jah ? » Le gnome poussa le jeune homme et l’évertua à presser le pas loin de ce Troll qui arrivait a mettre a mal a l’aise même les plus cruels des chevaliers de la mort. Celui ci resta de marbre et les regarda partir, avant de reprendre ses travaux de couture.

« L’enfoiré il fait exprès de squatter l’entrée pour harceler les quelques chevalier encore vivants dans la nécropole, enfin bref, vient avec moi mon atelier est la bas » Le gnome attira son apprenti vers le coin le plus reculé de la longue pièce, près d’un balcon donnant vue sur le cœur de la forteresse grouillant d’activités diverses, pour préparer leur départ prochain en guerre.

Le jeune homme et Sprinklefuzz passèrent beaucoup de temps a travailler ensemble sur les divers projets du gnome, notamment a la création de sa nouvelle épée, encore plus loufoque que la précédente. Il arrivait a rester des journées entières concentré sur ses études, au grand étonnement de son maître qui trouvait grand plaisir a tester ses connaissances, toujours plus étendues. C’est dans ses moments la que son regard semblait briller d’une lueur de passion qui lui faisait habituellement défaut, et a juste titre.
Lorsqu’il se retrouvait seul, il se plongeait dans l’ouvrage trouvé a Azjol Nerub. Son visage reprenait alors une expression grave et tendue, qui empirait lorsqu’on venait l’interrompre dans sa lecture, le faisant rentrer dans une rage folle.

Un matin, un mort vivant décharné vint lui apporter une missive contenant son prochain assignement, mettant fin a cette période de calme qu’il n’avait plus connu depuis si longtemps. Son épée en main, il quitta la forteresse, sans savoir qu’il ne la reverrai jamais.


Back to top
Mnemosyn Von Wachenwazhir


Offline

Joined: 15 Jan 2008
Posts: 13

PostPosted: Tue 15 Jan - 12:16 (2008)    Post subject: Freïkugel Reply with quote

Chapitre 5 – Trahison

Norfendre, Coldarra


« Dans quelle galère j’ai atterri !? » Le chevalier de la mort répétai cette phrase dans sa tête depuis plusieurs jours. Depuis le moment ou il avait posé le pied sur l’île du vol bleu, il n’avait eu cesse de fuir et se cacher. Cette île était le repère de Malygos et de son vol, et regorgeait d’artefacts et recueils de magie qui auraient pu rendre n’importe quel humain aussi puissant qu’un dieu. L’aspect de la magie avait, comme son nom l’indique, inventé la quasi totalité des sorts utilisés par les mages, et avait même contribué a la création de ce monde. Le Vol bleu avait été presque éradiqué par Deathwing, l’aspect de la terre, lors de sa trahison de nombreux siècles plus tôt. Malygos, rendu fou par la perte de ses enfants, c’était retiré du monde avant que le maître du vol noir ne soit vaincu par l’alliance de tout les autres vols, rendu possible grâce a l’intervention de Malfurion Stormrage.

Ses esprits retrouvé, il réussi a réunir les survivants de son clan grâce a l’aide d’Alextrasza, pour rebâtir son royaume et étudier la magie en paix. Malheureusement, ses souvenirs étaient complètement flous, et c’étaient emmêlé de façon étrange, il ne se souvenait que difficilement du temps qui c’était écoulé. Pour lui, l’invocation de Sargeras par les biens nés pratiquant la magie a outrance était encore récente, quelle fut donc sa surprise de constater que les humains étaient devenus des maîtres en magie, avec le pouvoir potentiel d’invoquer de nouveau la légion en ce monde. Il c’était donc mis en tête d’éradiquer la plus grand organisation de mage connue, la Ville de Dalaran.

Son île, d’habitude renfermée et peu enclin a recevoir de la visite du monde extérieur, était devenue hostile a tout visiteurs. Le seul point d’accès à Coldarra était un pont soigneusement gardé par les dragons bleus, que le chevalier noir avait bien entendu emprunté…sans permission. Sa mission était de retrouver un parchemin qui était légendaire parmis les troupes du fléau : un sort capable de dissiper la nécromancie en masse, un sort d’une telle puissance qu’il pourrait mettre un terme a la guerre. Selon ses ordres, le parchemin aurait été en possession d’un humain séjournant chez le vol bleu, dans un avant poste près de l’entrée de l’île. Le retrouver et le détruire était d’une extrême importance.

Malheureusement, il n’existait aucun avant poste dans ce genre. Il compris vite que les dragons bleus vivaient isolés, et que le seul et unique endroit ou se trouvait leur savoir était le Nexus, la forteresse de Malygos, qui était basiquement impossible a infiltrer, a cause de l’armée de dragon s’y trouvant et des puissantes illusions de leur maître. Cette terre était vide de toute bâtisse ou regroupement, il lui paru évident que cette terre était habitée UNIQUEMENT par des dragons… et que sa mission était un piège.

Il cherchait un moyen de s’échapper de cet enfer depuis plusieurs jour, mais le seul moyen de regagner le continent était d’emprunter ce pont, l’île ne comportant aucune plage ou chemin navigable. Derrière son rocher, il réfléchissait a un moyen de passer outre la vigilance des deux dragons bleus qui visiblement l’attendaient. Les heures passaient et ils ne bougeaient pas, il du donc se résoudre a les attaquer de front, quitte à se retrouver avec la moitié du vol bleu sur le dos. L’air résigné, il dégaina son épée, et tandis que le peu de végétation autour de lui commençait a pourrir, il chargea les dragons.

Norfendre, devant la nécropole inconnue


Blessé et épuisé, Hwa-Jaï arriva enfin au glacier de la couronne de glace, après plusieurs jours de fuite et de combats avec le vol bleu. Ceux ci avaient fait demi tour a la frontière des terres du Roi liche, sachant ce qui les attendaient si ils s’y aventuraient trop profondément : Le destin de Saphirron était bien trop connu pour courir un tel risque. S’appuyant sur son épée, il distingua au loin une silhouette bien trop familière, et se mis en position de combat immédiatement, tandis que le demi-géant fondait sur lui a toute allure.

L’assaillant abattit sa lame sur le chevalier de la mort qui para le coup de justesse, mais celui ci fut assené avec une telle force que la glace sous le jeune homme se brisa et le déstabilisa. N’ayant pas dormi ni mangé depuis plusieurs jours, ses coups ne frappaient que le vide et ses esquives étaient hésitantes, puisant un peu plus dans ses réserves d’énergie. Il perdait de plus en plus de terrain face a son adversaire, qui savourait déjà sa victoire.

« Tu a un truc qui m’appartient nabot, et je compte bien le récupérer » cracha Asbjörn, approchant son visage de celui du chevalier noir.
Continuant d’esquiver ses attaques, il mis du temps a réaliser que le sol tremblait sous ses pieds, un grondement terrible qui commença à fissurer la glace autour d’eux. Voyant le géant perdre l’équilibre devant lui, il abatis son épée violemment sur son adversaire… qui bloqua le coup de son arme, brisant la lame du chevalier. Un éclat vola sur son front et l’envoya a terre un peu plus loin.

« On dirait que même elle ne veux plus de toi comme propriétaire… je vais me faire un plaisir de t’ach… hein ??? »
La nécropole se dégagea de sa Prison de glace et pris lentement son envol, disloquant pour de bon le glacier sur lesquels les deux rivaux combattaient et alors que le Vrykul courrait vers un endroit plus sur, le bloc de glace sur lequel reposait le jeune homme assommé glissa et fut emporté le long de la rivière qui coulait le long du glacier pour se perdre dans le lac Wintergrasp.

Norfendre, Petit village sur les rives du lac Wintergrasp

« Il c’est réveillé ?»
« Non pas encore, je me demande comment il a pu survivre a un telle chute dans ce froid»
Le chevalier ouvrit les yeux l’espace d’un instant, n’ayant aucune idée de l’endroit d’ou il se trouvait.
« Ah il revient a lui ! » une jeune fille était a son chevet et le regardai avec inquiétude. A ses coté se trouvait un vieil homme qui rangeai les affaires de son invité.
« Comment t’appelle tu ? » lui demanda t’elle.
« …Frederick…» répondit il avant de s’évanouir de nouveau.


Back to top
Mnemosyn Von Wachenwazhir


Offline

Joined: 15 Jan 2008
Posts: 13

PostPosted: Tue 15 Jan - 12:16 (2008)    Post subject: Freïkugel Reply with quote

Chapitre 6 – Son histoire

Lieu inconnu


Tu t’es souvenu de ton véritable prénom, c’est déjà un pas en avant.

Frederick était enfermé dans une cage au milieu d’un désert, l’inconnu lui tournait le dos en jouant avec l’épée brisée du chevalier. Ce dernier tentât de parler, mais en était incapable.

Et ton nom…ou est il passé ? revenons la ou nous nous étions arrêtés.

Le désert s’évapora lentement, laissant place à une caverne lugubre et une vision du jeune Frederick, accompagné d’Edward, le chevalier dont il était ecuyer. Les deux défenseurs de la lumière avançaient lentement dans ce trou humide, visiblement épuisés par des semaines de voyage.

Je sent qu’on va revivre un grand moment la, tu veux du pop-corn ?Tu me raconte un peu ?Voyons voir…si je ne me trompe pas, c’est juste après qu’Arthas ai merdé en devenant le nouveau roi liche. Vous avez l’air en panique la.


Frederick regardait son mentor avec inquiétude, depuis quelques jours, son regard avait changé. Celui qui était censé mettre fin a la guerre était passé a l’ennemi, remettant en cause tout ce en quoi le chevalier croyais. Les yeux perdus dans le vide, l’air hagard, il babillait un discours incohérent sur la lumière et les ténèbres qui effrayait de plus en plus le jeune homme, qui tentait de se raccrocher a ses valeurs tant bien que mal.

Après plusieurs jours dans cette caverne, leurs vivres commencèrent a s’épuiser, autant que leur moral. La lumière de l’extérieur filtrait a certains endroit de la caverne qui s’avéraient trop escarpés pour être escaladés, mais qui les renseignaient sur le passage du temps.

L’inconnu et le chevalier noir regardaient la scène dans un silence presque religieux, l’un observant son passé le visage neutre, et l’autre s’abstenant de juger son invité.

Un soir, alors qu’ils prenaient un peu de repos, Frederick se réveilla pour trouver son mentor penché sur lui, une lame a la main, prêt a le tuer. Celui ci parvint a se dégager in extremis avant que son agresseur ne s’écroule en larme, implorant le pardon de son disciple qui avait visiblement du mal a croire ce qu’il venait de voir.

Forcément… ton héros qui tente de te tuer, ça crée un choc. Mais était il vraiment lui même ?


Après une nuit sans sommeil a scruter le moindre mouvement de l’autres, les deux hommes se remirent en route. Edward semblait de plus en plus absent, mais semblait savoir ou il se dirigeait, comme si une voix le guidait vers un point précis de cette suite de tunnels qui formaient un véritable labyrinthe naturel. Une semaine après qu’ils posèrent le pied à l’entrée, ils arrivèrent enfin a l’endroit qui scella leur destin.

Le tunnel déboucha sur une large corniche a flanc de montagne, ou gisait les restes d’un nain mort, le cœur transpercé par une épée runique finement forgée. Celui ci semblait comme figé dans le temps, comme si le froid l’avait conservé tel qu’au moment de sa mort…mais quelque chose de bien plus malsain expliquait cet état. L’épée, qui avait guidée les deux chevaliers jusqu’ici, murmurait a Edward de la saisir, son intention et sa volonté était tellement forte qu’elle écrasait de son poids celle du chevalier, extenué physiquement et moralement.

Sa main tremblante se dirigea vers le manche de l’épée, sans un mot il s’en rapprochait a petit pas, le regard plein d’avidité. La suite de la scène sembla se dérouler a la vitesse de la lumière. Un cri au loin. Le chevalier qui détourne le regard dans la direction du hurlement l’espace d’une seconde. Une seconde suffisante pour son écuyer, qui s’empare de l’épée et le transperce dans le dos.

Nous y voici.


Le paladin Edward Mayfield mourut le cœur dévoré par la lame runique qui l’avait appelée jusque la. Celle ci avait prévu de sacrifier Frederick pour détruire complètement la personnalité de son mentor et en faire un nouveau chevalier de la mort, mais celui ci avait été plus prompt a réagir que son maître. Il resta debout devant le corps sans vie du paladin, pendant ce qui parut une éternité. Un regard extérieur aurait pu penser que le jeune homme vivait un grand conflit intérieur, mais il n’en était rien. Le seul conflit qui eu lieu a ce moment la, fut celui qui opposa sa volonté a celle de la lame runique, qui tentait de prendre le contrôle de son esprit.

Au moment ou celui ci ramassa le fourreau de la lame pour la ranger, une wyverne squelettique apparut en face de lui, prête a l’emmener rencontrer ses nouveaux maîtres. A partir de ce jour, Frederick laissa son passé et son nom de coté pour devenir Hwa-Jaï, le chevalier de la mort.

Explique moi. A ce moment la, tu a gagné ton duel contre l’épée runique, alors pourquoi a tu suivi ce chemin ?Pour Mayfield… c’était lui ou toi, tu n’a pas accompli la un « crime », c’était de la légitime défense. Ceux qui deviennent des chevaliers de la mort sont des êtres faibles mentalement, depuis le départ tu étais différent.

A ce moment la…a tu eu une révélation… ou as tu enfin laissé ta véritable nature s’exprimer ?


L’inconnu posa son regard sur les restes de l’épée qu’il avait volé au Vrykul.

Et qu’a tu fait de cette lame runique d’ailleurs…

Norfendre, Petit village sur les rives du lac Wintergrasp

« Frederick !!! » rouspeta la jeune fille qui l’avait retrouvée. Celui ci, adossé a un arbre, se réveilla brusquement. Cela faisait un mois qu’il se remettait de ses blessures au sein de ce petit village, qui ne se doutait pas de la véritable identité de leur invité. Celui ci, bien que se démarquant des autres jeunes hommes de son age par son comportement taciturne, c’était relativement bien intégré dans cette petite communauté de chasseurs, principalement grâce à Deirdre, cette jeune fille au fort caractère qui c’était attachée a lui malgré sa réticence à communiquer.

« Tu avait promis de m’aider a aller chercher de l’eau !! allez debout flemmard ! »

Le jeune homme s’exécuta sans trop savoir pourquoi, en espérant que cette fois ci il ne ferait pas toutes les corvées a sa place. Alors qu’il suivait Deirdre, son regard s’arrêta sur une vitre qui refléta son visage, le faisant s’arrêter quelques instants. Combien de temps allait il pouvoir rester ici ? qu’allait il faire désormais ? il devait être considéré comme mort ou pire, Asbjörn avait pu le faire passer pour un traître qu’il avait exécuté.

« Tu vient ? » lança elle, souriant de toutes ses dents

Pour la première fois depuis une éternité, il s’autorisa a penser a quelqu’un d’autre qu’a lui même, et rattrapa la jeune femme en courant, une moue faussement contrariée sur le visage.


Back to top
Mnemosyn Von Wachenwazhir


Offline

Joined: 15 Jan 2008
Posts: 13

PostPosted: Tue 15 Jan - 12:19 (2008)    Post subject: Freïkugel Reply with quote

Chapitre 7 – Départ

Norfendre, Petit village sur les rives du lac Wintergrasp


Frederick avait complètement recouvré de ses blessures et passait ses journées plongé dans l’ouvrage trouvé dans la cité souterraine, complètement absorbé par son contenu. Il s’arrêtait de temps à autres pour aider dans les corvées domestique de la famille qui l’hébergeait, tache dans laquelle il prenait beaucoup de plaisir, bien qu’il se refusait de l’admettre. Malgré son jeune age, il n’avait quasiment pas eu de vie de famille, et cette nouvelle expérience lui semblait être un rêve.

Le père de Deirdre avait bien essayé de savoir d’ou venait son invité, mais n’avait pas eu beaucoup de succès dans cette entreprise, qu’il avait fini par abandonner. Il c’était attaché au jeune homme qui semblait bien s’entendre avec sa fille et ne causait pas problèmes au village.
Celui ci avait émis le souhait de partir avec les chasseurs pour apprendre leurs art et était parti avec eux depuis plusieurs jours dans la forêt a la recherche de gibier, mais au grand amusement de son groupe, il n’était absolument pas doué avec un arc.

Le groupe de chasseurs décida de rentrer un après midi, après avoir attrapé assez de gibier pour plusieurs jours. Alors que le soleil se couchait, ils arrivèrent au village pour le trouver en plein chaos, en proie aux forces du fléau. Ils arrivèrent en courant sur la place, pour la trouver complètement détruite, visiblement par quelques explosifs puissants. Ici et la les villageois combattaient leurs assaillants a un contre 5, chaque nouvelle victime venant grossir les rangs de l’ennemi. Alors que chacun partait de son coté chercher des traces de leurs familles, Frederick se dirigea vers la maison de la famille qui l’avait accueillie, pour la trouver encerclée par un armée de goules.

D’une simple pensée, les goules s’écartèrent du chemin du chevalier de la mort, qui pénétra la maison a la recherche de survivants, mais ne trouva… que Deirdre, en train de dévorer les entrailles de son père. Celui ci resta figé devant cette vision qui lui glaça le sang, et alors qu’il voyait son rêve s’écrouler, le monstre qu’était devenue son amie se jeta sur lui, pour finir décapitée par Frederick, qui afficha une expression froide et dépourvue de sentiments. Calmement, il regroupa ses affaires et enfila la tenue qu’il portait lorsqu’il fût trouvé, et s’arrêta un instant sur le pas de la porte pour contempler les restes de son épée brisée, couverte du sang du seul être vivant qui c’était sincèrement attaché a lui ces dernières années. L’image d’Edward empalé sur son épée lui revint comme un coup de poignard dans le cœur, bien que cette fois c’était différent.

Tu a le choix

La voix de l’inconnu résonna dans sa tête, alors qu’il fit voler la porte d’un coup de pied bien placé. Les morts vivants réussirent a échapper a son contrôle et se jetèrent sur lui pour finir éparpillés sur le sol quelques instants plus tard. Une abomination un peu plus loin lança son épée vers lui, qu’il esquiva de justesse avant de planter ses doigts dans l’immense lame d’acier, pour la soulever d’une seule main. Une rage froide l’envahi tandis qu’il chargeait l’immense monstre qui fut littéralement tranché en deux par le jeune homme qui fit volte face immédiatement, sentant une présence derrière lui.

« Jaï ? c’est bien toi ? mais ou t’étais passé ? »

Sprinklefuzz s’avança en sautillant vers Frederick, qui le dévisagea avec une intention clairement meurtrière, qui stoppa net le gnome.

« Hey, ça va pas ? Les morts on du t’attaquer par réflexes, tu fait pas parti de la mission j’te rassure Jah ? Enfin pour te dire ce village non plus, mais il était sur notre chemin. »

La main du chevalier se déplaça le long de l’immense arme pour saisir le manche fermement, avant de se mettre en garde face au gnome.

« Euh tu me fait quoi la…Me dit pas qu’Asbjörn avait raison ? Tu nous a trahis ? Moi qui défend ta cause depuis ta disparition, je suis déçu de te retrouver a vivre parmi des mina… »

Le gnome n’eu même pas le temps de finir sa phrase que le chevalier avait déjà abattu sa lame, projetant de la neige dans les airs en obstruant son champ de vision, ce qui fut largement assez pour le gnome, qui disparu étrangement.

« J’vais faire en sorte que ta mort soit rapide, traître ! » Aboya le gnome qui était caché dieu sait où. Une quinzaine de squelettes se dressèrent immédiatement de sous la neige pour entourer Frederick, qui releva a son tour les goules qu’il avait tué plus tôt. Alors que la bataille faisait rage, le jeune homme se retrouva a genou, une profonde blessure a la jambe gauche l’empêchant de garder son équilibre. Celui ci regarda autour de lui mais n’arrivait toujours pas a trouver le gnome, qui riait hystériquement dans le chaos que provoquait la bataille que menaient les morts autour d’eux. Il se releva en boitant et s’enfui un peu plus loin, la ou ils seraient seuls.

« Tu pense pouvoir me repérer par le son que je fait en me déplaçant ? tu t’es pris pour un expert en art martial Pandaren ou quoi ? Kyahahahahahaha !! »

Frederick se tenait debout au milieu de la neige, le front couvert de sueur. Il perdait beaucoup de sang, ce combat ne devait pas durer plus longtemps.
C’est alors qu’il se tourna sur sa gauche et balança son arme en un large swing, qui propulsa le gnome quelques mètres plus loin. Alors que celui ci regardait la télécommande de son dispositif d’invisibilité gnome, il compris comment il c’était fait repérer : La nature autour de son adversaire commençait à pourrir et la neige a fondre, que le vent dispersait dans les airs en fines particules qui c’étaient accrochées a lui. Sprinklefuzz approcha sa main de la télécommande qui contrôlait son épée mécanique mais arrêta son geste en réalisant qu’il était encerclé. Les morts qu’il avait invoqués étaient maintenant sous le contrôle du chevalier, bien meilleur nécromancien que lui.

Celui ci leva son épée et l’abattis violemment… à quelques centimètres du gnome qui tremblait de tout ses membres.

« Laisse ton arme et va t’en »

Le gnome se releva lentement et s’exécuta sans un mot, avant de se retourner au loin pour jeter un dernier regard plein d’incompréhension à son ancien disciple en ingénierie.

« Cette spirale mortelle s’arrête ici pour moi Sprinklefuzz … »

Au lever du jour, le chevalier mis le feu au village, incinérant en même temps les restes des villageois qui l’avaient accueillis. Pas un n’avait survécu au fléau, ce qui lui fit réaliser a quel point il était impuissant, et que protéger est bien plus dur que de détruire.

Après avoir mis de la distance entre lui et le lieu de sa dernière bataille, il s’arrêta un instant dans les bois pour réfléchir. Il était désormais un traître, ce qui ne l’inquiétais pas plus que ça, vu qu’il n’avait aucune intention de retourner dans les rangs du roi liche.
Il lui fallait un but. Une raison de vivre. C’est a ce moment la que lui vint a l’esprit l’image de l’inconnu.

Il le trouverait.




Frederick, Le chevalier de la mort :
http://img260.imageshack.us/img260/4441/wjmv9.jpg


Back to top
Mnemosyn Von Wachenwazhir


Offline

Joined: 15 Jan 2008
Posts: 13

PostPosted: Tue 15 Jan - 12:20 (2008)    Post subject: Freïkugel Reply with quote

Chapitre 8 – Le premier chevalier noir

Lieu inconnu


Frederick se trouvait au milieu d’un dédale d’escaliers qui s’étendait a perte de vue et en tout sens, dans un espace ou la logique semblait inexistante. L’inconnu descendait un escalier qui se trouvait au dessus de lui, se déplaçant a l’envers en ignorant les lois de la gravité.

Tu a choisi ta voie on dirait. Tu étais du coté de la lumière, du moins tu voulais t’y consacrer, puis tu a rejoint le camp du mal absolu… où te situe tu désormais ? Dans la vie la neutralité n’existe pas, tôt ou tard tu es amené à faire un choix.

Il disparu de la vue du chevalier pour se retrouver derrière lui mais celui ci ne broncha pas, tandis qu’il se rapprochait pour lui susurrer a l’oreille :

Je peut te montrer le chemin vers la rédemption. Sache que le pouvoir, quelle que soit son origine, n’appartient ni au bien, ni au mal… après tout se sont des valeurs arbitraires non ? Seul son utilisateur décide de son application.

Frederick se retourna pour essayer d’apercevoir son visage, mais celui n’était déjà plus la, en train de monter les marches d’un escalier construit horizontalement. Le jeune homme tenta de le poursuivre mais tomba lamentablement, incapable de suivre les règles qui régissaient cet espace.

Soit pas si pressé… Le jour de notre rencontre se rapproche a grand pas. Si tu accepte ton nom et ton héritage, je t’aiderai a trouver ce que tu cherche.

L’inconnu disparu dans le dédalle d’escalier, qui se disloqua marche par marche, laissant le chevalier seul devant une large porte de lumière. Sans aucune hésitation, celui ci l’ouvrit et la franchit, prêt a assumer son destin.

Kalimdor, Désolace


« C’est bien ma veine… que fait l’aube d’argent sur ce continent ? »
Cela faisait plusieurs jours que l’Aube d’argent courait après Frederick, qui avait eu la malchance de croiser son chemin par hasard sur un site de fouille de Désolace. Alors qu’il c’était mis en quête de l’inconnu, il avait senti une forte puissance maléfique se réveiller dans le sud de la région, et sa curiosité prenant le pas sur la raison, il avait décidé de faire un petit détour pour inspecter la source de cette énergie. L’endroit ne fut pas difficile a trouver, le chevalier pouvait voir le mal qui émanait de ces lieux comme si il était solide, il eu juste a suivre la trace d’énergie qui se propageait dans tout désolace.

Il fini par se retrouver sur un site de fouille infesté de morts vivants, qui semblaient chercher quelque chose parmi les affaires des archéologues dont il ne restait nulle trace. Prenant les devant, il pris le contrôle d’un certains nombre de ces aberrations et releva ceux qui étaient tombés… juste sous le nez d’un survivant caché sous les débris d’un chariot, qui réussi a s’enfuir pour prévenir ses compagnons qu’un chevalier de la mort s’intéressait lui aussi a la relique qu’ils cherchaient.

Désireux de venger les leurs, les chevaliers de l’Aube poursuivaient Frederick sans relâche et c’étaient divisés en plusieurs groupe, ne lui laissant aucun répit pour se reposer et reprendre des forces. Celui ci ne connaissait pas la région et se refusait de combattre sans raison, surtout pas des membres de l’Aube d’argent qui combattaient le fléau. Alors qu’il réfléchissait a un moyen de les semer, il maudit sa stupidité en réalisant qu’il c’était retrouvé dans un cul de sac au milieu des montagnes. En relevant la tête, il compris qu’il avait été rabattu comme un gibier ici par les divers groupes de poursuivants, qui le tenaient en joue de leurs armes a feu depuis les falaises. Un groupe de cavaliers, mené par un jeune homme en robe, s’arrêta devant lui.

« Tu a deux choix ; Soit tu dépose ton arme et tu te laisse capturer pour interrogatoire, soit nous t’exécutons ici pour le meurtre de nos compagnons. Tu a 5 secondes pour te décider. »

Le jeune homme planta son épée dans le sol et s’avança, avant d’être passé a tabac par les guerriers de l’Aube désireux de venger leurs camarades, qui l’enchaînèrent, puis l’attachèrent a un cheval.

« Bien, retournons au camp exterminer cette vermine, nous nous occuperons de lui après » lança le mage a la tête de la troupe, qui répondit a l’unisson par un cri de guerre. Traînant le chevalier derrière eux, ils se mirent en route au trot pour laisser leurs chevaux récupérer, extenués par des jours entier a galoper dans les plaines arides de Désolace.

Je me suis réveillé ce matin le cœur léger

Les combattants regardèrent autour d’eux. Ils avaient tous entendus cette voix, mais personne ne réagi, pensant que la fatigue les avaient gagnés. Frederick, traîné dans la poussière, repris connaissance immédiatement, reconnaissant cette voix.

Si je devais avoir un regret… ce serait de ne pas avoir dit a ma sœur que je l’aime.


Cette fois ci, l’homme en robe fit signe d’arrêter le convoi, et regarda dans la direction de ses hommes, le visage pale comme la mort.

Je suis Mnemosyn Von Wachenwazhir, et vous serez les derniers a périr par ma lame.

Avant que quiconque ne puisse réagir, quatres cavaliers furent jetés a terre dans un nuage de poussière, les pattes de leurs montures tranchées nettes. Alors que la poussière retombait, une silhouette se dessina derrière eux. D’une carrure impressionnante, il dominait tout le monde par sa présence écrasante et menaçante. Enchâssé dans une armure noire et rouge et portant une longue cape en écaille de dragons, son visage était dissimulé par ses cheveux si long qu’ils tombaient jusqu'à ses hanches, bien qu’un bandeau couvrant son œil droit pouvait être distingué a travers.

« Azore Aldemort, toi et moi on a quelque chose régler » lança t’il en affichant un sourire carnassier.

Les cavaliers sautèrent tous de leurs monture et encerclèrent l’inconnu, qui ne portait visiblement aucune armes sur lui. Azore repris rapidement ses esprits après le choc qu’était le fait de le revoir en vie, et s’approcha d’un pas sur de lui.

« Je ne crois pas. L’histoire te considère comme mort, je n’ai donc rien a régler avec un mort. » répondit le mage.

« Je vois… si tu en parle aussi ouvertement c’est que ces types trempent dans les mêmes affaires que toi je suppose. T’a pas vieilli d’un pouce d’ailleurs… nécromancie ?» répondit le chevalier en armure noire.

« Je viens crever votre chef, ceux qui veulent vivre feraient mieux de dégager immédiatement » dit il d’un ton calme et froid aux soldats qui l’entouraient.

Les combattants de l’Aube se regardèrent l’air amusé, se demandant si l’homme était fou ou simplement stupide. Cet instant d’inattention fut assez pour lui. Il tourna sa tête vers l’adversaire le plus proche et ouvrir sa bouche en grand : une lame immense en fut propulsée et vint percer le crane du soldat qui s’écroula, l’épée plantée dans la tête. Sa mâchoire se remettant en place d’elle même, il attrapa l’épée a deux mains et trancha net tout ce qui se trouva a sa portée, pendant que les autres se reculaient pour se mettre en garde.

« Par les mamelles d’Elune… Ca va chier !!! » Hurla t’il.

Il chargea le groupe de chevaliers et percuta le nez du premier qu’il croisa d’un coup de tête, explosant celui ci comme une tomate trop mure avant de découper les plus proches, son épée traversant leurs armures comme du beurre. Les plus braves tentèrent de le toucher mais pénétrer le tourbillon d’acier qu’il formait en combattant était une entreprise suicidaire, qu’ils n’eurent pas eu le temps de regretter tellement leur mort fût rapide. Tandis que les survivants commençaient a reculer sous l’emprise de la peur, Azore s’avança et incanta un sort rapide qui vint percuter Mnemosyn de plein fouet, l’envoyant voler plus loin.

« Cela suffit » rétorqua le mage tandis que le chevalier noir se relevait sans une égratignure.

« Tu fait beaucoup de bruit avec ton truc mais faudra trouver plus puissant que ça si tu veux m’avoir » se moqua t’il.

« …Ainsi soit ‘il » répliqua le commandant Aldemort, d’un calme glacial.

Mnemosyn se rua à la rencontre de son adversaire avant d’être stoppé dans son élan par trois courageux. Le premier tenta de prendre l’initiative en assenant un coup fulgurant en visant la tête, mais celui ci fut paré aisément. Alors que les deux hommes tentaient de faire basculer leur adversaire, le chevalier noir cracha un trait d’ombre droit au visage de son assaillant, qui tomba au sol, inerte. Les deux derniers chevaliers l’attaquèrent de concert, synchronisant leurs attaques pour le déséquilibrer, en comptant sur la lenteur de son épée a deux mains pour arriver a le blesser. Manque de chance, celui ci lâcha son arme et agrippa de ses mains de boucher les têtes de ses agresseurs, qu’il fracassa l’une contre l’autre.

Il se baissa pour ramasser son arme lentement, prêt a savourer sa victoire, et se retourna vers Azore, qui finit d’incanter son sort. Une vague d’énergie explosa sur Mnemosyn, faisant voler son armure en pièces, et le blessant mortellement.

Merde… il est si fort que ça ? Quel crétin je fait…j’ai…été…trop…présomp..tueux…

« Mnemosyn ? reveille toi paresseux ! »

Mnemosyn se pris une casserole dans la tête, le faisant basculer de sa chaise.

« Ouch !!! nan mais t’a pété les plombs Jana ou quoi ? » il se frotta la tête et se redressa en baillant. Il avait encore passé l’après midi a somnoler sur le porche de son cottage dans la foret d’Elwynn, dans les bras de sa femme bien aimée… du moins au début.

« Tu doit aller chercher les enfants a l’école, bouge tes fesses tu va être a la bourre ! » répliqua t’elle en affichant une moue contrariée.

« Oh oui hurle moi dessus chérie, tu sait que j’adore ça » dit il en éclatant de rire.

« T’es vraiment impossible… mais tu m’inquiétais un peu tu sait, je ne t’avais jamais vu dormir si profondément. » lui dit elle en le regardant, inquiète.

« J’ai fait un rêve bizarre… Je me suis vu… je me suis vu tel que j’aurai été si je t’avais abandonné quand la main de velours a cessé ses activités. J’étais devenu un monstre… incapable discerner le bien mal, indifférent face à la mort. Ma quête de vengeance finissait par me tuer… c’était si réel Jana…».

C’est quoi ce délire ?

« Mnemo… ce n’était qu’un rêve. Nous sommes toujours mariés, nos deux enfants se portent bien et nous sommes loin des combats qui ont failli nous séparer. ».

C’est…ce qu’aurait pu être ma vie ?Putain pas d’expérience post-mortem par pitié, j’en ai pas fini avec lui !!!

L’esprit de Mnemosyn regardait la scène, atterré par ce qu’il voyait. Une vie paisible, il n’aurait jamais pensé pouvoir en avoir une, et pourtant, il fut un temps ou elle avait été a portée de sa main.

Hey… je suis devenu un monstre hein… ? Conneries… Je suis tel que ce monde m’a forgé. J’étais trop faible et j’en ai payé le prix en mourrant une première fois. En renaissant de mes cendres, j’ai acquis la force. Ma seule erreur…est d’avoir abandonné mes compagnons. Les loups solitaires finissent toujours pas crever seuls dans un coin pourri, et finissent par êtres oubliés de tout le monde.

Jana… ou est ce que tu peut être… ?J’ai envie… j’ai envie de te revoir. Je peut pas crever LA !!


Une colonne de lumière dorée s’échappa de l’Ex-paladin, qui hurlait a la mort, les yeux révulsés tandis qu’Aldemort fut projeté a terre par la violence de la manifestation d’énergie. A l’intérieur de cette colonne, on pouvait clairement discerner une présence éthéré qui regarda le Paladin une dernière fois avant de disparaître, laissant Mnemosyn, gravement brûlé, debout face a son adversaire.

« Tu…tu étais mort !!! mais je devrait te tuer combien de fois pour enfin me débarrasser de ta lignée maudite ? » hurla le mage pris de panique.

« Azore… grâce a toi… je suis de très bonne humeur. Pour te remercier je vais te tuer vite fait et sans souffrance ».

Le commandant de l’Aube d’argent se releva et sauta sur sa monture, qu’il lança au galop en direction de la côte.

« GEHÖRNT !!!! » hurla Mnemosyn, tandis que le Bélier a l’allure démoniaque dévalait la colline située un peu plus haut pour charger en direction de son maître. Celui ci sauta sur le monstre a cornes en pleine course et se mis en chasse. Il quitta des yeux sa cible un instant pour examiner ses brûlures, faisait pleinement confiance a son bélier.

Bon… Je sait pas trop ce qu’il c’est passé, mais je guéri pas… Et j’ai perdu ma lumière pour couronner le tout. Enfin, j’ai plus urgent a régler.

La monture du chevalier noir était en pleine forme, et rattrapa vite le destrier épuisé, qui s’arrêta net au bord d’une falaise qui surplombait la mer.

« Tu n’a nulle part ou aller Azore, essaie au moins de mourir comme un homme ».

Le Mage descendit de monture et fit face au fils de son ancien ami.

« Tu n’a pas idée de quoi tu te mêle Mnemosyn, ton père DEVAIT être arrêté a tout prix ! tu n’a aucune idée de ce qu’il… »

Le chevalier noir était déjà sur lui et le saisi a la gorge, le soulevant au dessus du vide.

« Rien a foutre » rétorqua t’il, en lâchant l’homme qu’il pourchassait depuis bien trop longtemps. Celui ci s’écrasa plusieurs dizaine de mètres plus bas sur les rochers aiguisés qui jonchaient la côte. Mnemosyn tomba sur les fesses, épuisé.

Je suis…je suis vivant…pensait Azore, qui rampait tant bien que mal pour se mettre a l’abris des vagues.
Je…doit…Je doit …Il eu a peine le temps de lever la tête qu’un rocher immense s’écrasa sur lui, poussé depuis le haut de la falaise.

« Bon ça, c’est fait » Ironisa Mnemosyn, qui reparti en arrière sur le lieu du combat.

Frederick était inconscient, ses blessures s’avéraient êtres plus grave que prévues. Malgré tout, son sauveur le réveilla a coup de pieds dans les côtes.

« Tu doit être Frederick Von Wachenwazhir. Depuis le temps que je te cherche, je doit dire que c’est un plaisir de te rencontrer. ».

Le jeune homme tenta de lui répondra mais sombra de nouveau dans l’inconscience.

« Tu pourrait dire merci, p’tit con. Bordel ce que j'ai mal. ».

Il incanta un court sort en puisant dans ses dernières réserves, et invoqua un portail vert, dans lequel s’engouffra Gehörnt, sur lequel était placé sans grand soin le chevalier de la mort. Il se retourna pour contempler le carnage et au moment d’entrer dans le portail, il s’arrêta.

Attend, le maléfice dont je me suis libéré était de couleur doré ? Putain c’est gay.

Le portail se referma, et le silence revint dans Désolace.


Back to top
Mnemosyn Von Wachenwazhir


Offline

Joined: 15 Jan 2008
Posts: 13

PostPosted: Tue 15 Jan - 12:20 (2008)    Post subject: Freïkugel Reply with quote

Chapitre 9 – La rencontre

Azeroth, Alterac


Le lendemain, Frederick se réveilla difficilement, allongé dans un hamac. Il se redressa et contempla l’endroit dans lequel il se trouvait. Au centre de la pièce circulaire se trouvait une forge en sombrefer magnifiquement ouvragée, qui semblait palpiter comme le cœur d’une créature vivante. Tout autour se trouvait des enclumes de diverses tailles, ainsi que des métaux divers empilés par type. Dans un coin de la forge, se trouvait Mnemosyn, qui lisait le livre qu’il avait trouvé a Azjol-Nérub, l’air vraiment absorbé parce qu’il lisait. Celui ci releva la tête un instant pour croiser le regard de son invité, et referma le livre en le faisant claquer lourdement.

« Bienvenu dans la forge des âmes, Frederick. Le nom est un peu pompeux je te l’accorde, mais c’est chez moi. Tu doit avoir pas mal de questions a me poser, d’autant que ce livre a du en soulever de nouvelles pour toi … comme pour moi. ».

Le jeune chevalier se redressa doucement pour s’assoire sur le coté du hamac, et dévisagea son hôte, visiblement contrarié que celui ci ai fouillé dans ses affaires physiques, après avoir visité son esprit plusieurs fois.

« Allez fait pas la gueule, ce truc nous concerne tout les deux. Mais avant toutes choses.. » Le borgne envoya un avion en papier vers Frederick, que celui attrapa au vol. En le dépliant, il poussa un long soupir en constatant que leurs têtes avait été mises a prix par l’Aube d’argent.

« Ca devait arriver. Au cas ou tu aurait des remords vis a vis d’eux, laisse moi clarifier une chose. Cette unité que j’ai … « éparpillée » ne bossait que pour ses propres intérêts. Ils recherchaient des objets de pouvoir pour s’enrichir et gagner en influence auprès des grands de ce monde. Azore Aldemort, leur chef, n’avait pas vieilli depuis la dernière fois que je l’avais vu, il y a presque 7 ans, quand il donna l’ordre d’exécuter mon… nôtre père. ».

Le jeune homme lança un regard plein d’incompréhension a Mnemosyn.

« Valthas Von Wachenwazhir était mon père, ce qui fait de moi ton demi-frère. Tache de ne pas me blâmer pour les erreurs de cet enfoiré, j’y suis pour rien. »

Frederick baissa la tête un instant. Il n’avait jamais connu son père et sa mère avait toujours refusée catégoriquement de lui en parler, malgré son insistance. Il avait juste appris par l’un de ses voisins que celui ci était paladin, et qu’il avait un comportement très… spécial. Malgré tout, il ne lui en avait jamais voulu, et rencontrer un membre de sa famille était pour lui un moyen de se rapprocher de ses racines. Il c’était toujours senti différent, comme si le sang qui coulait dans ses veines étaient celui d’un guerrier, ce qui l’avait poussé a suivre la voie des chevaliers de la lumière.

« Alors que va tu faire désormais ? Tu veux jouer les héros ou le vilain chevalier de la mort a toujours envie de détruire le monde ? » s’enquéri Mnemosyn, visiblement très intéressé par son invité.

« Je… Je n’y ai pas pensé. Je pensais trouver mes réponses en vous trouvant mais… Je ne sait pas. Après tout ce que j’ai fait…et la nécromancie que j’ai appris a manier et qui est devenu naturelle pour m… »

« Conneries. » l’interrompit le chevalier noir « Tu a merdé par le passé. Gravement même, au point ou tu ne sait pas si il te sera possible de vivre normalement de nouveau. Tu a commis des crimes atroces et tu ne te sent pas digne de changer de voie, donc tu va faire quoi ? Creuser un trou et passer la reste de ta vie dedans ? Mettre fin a tes jours ?
Ton pouvoir est ce que tu décide d’en faire, arrête de t’en servir comme excuse pour fuir tes responsabilités »

Frederick ne répondit pas, l’esprit perdu dans un tourbillon d’interrogations et d’incertitudes pendant que Mnemosyn ramassa l’épée brisée du chevalier de la mort pour l’examiner.

« Ca devait être une sacre lame… En fouillant dans tes souvenirs, il reste un question qui est restée sans réponse a mes yeux, malgré mes efforts pour en trouver la réponse. L’épée runique qui t’a lancée sur cette voie , qu’est ce que tu en a fait ? »

Le jeune homme tandis sa main vers le chevalier borgne, qui lui rendit ce qu’il restait de son arme.

« Je l’ai scellée quelque part en Norfendre. J’avais peur qu’en la gardant a mes cotés, mon esprit finisse par se confondre avec sa volonté, pour faire de moi… »

« Un chevalier de la mort » répliqua Mnemosyn, en finissant la phrase de son demi-frère. « Si tu veux changer de vie, il te faudra de la volonté. Bien plus que pour tenir tête à une pauvre lame forgée par une tarlouze de nécromancien en robe. Je pense que tu à cette volonté en toi, le fait que tu ai traversé la moitié du monde pour retrouver un type qui hantait tes rêves le prouve. » dit il, amusé.

A peine eut il fini sa phrase, qu’un cristal posé sur son bureau explosa violemment, attirant l’attention des deux hommes qui se levèrent immédiatement.

« On a de la visite gamin, chope une arme et rejoint moi dehors ! » cria Mnemosyn, qui se rua a l’extérieur en attrapant le trident qui était accroché près de lui.

Frederick balaya la salle du regard, son attention finissant par se poser sur deux épées en sombrefer aux formes grossières, mais dont la qualité était incontestable. Il s’en empara et rejoignit le chevalier noir a l’extérieur de la forge, avant de stopper net devant le spectacle qui s’offrait a ses yeux. La « forge des âmes » se trouvait en plein cœur des montagnes d’Alterac, sur le pic le plus haut de la chaîne de montagnes qui semblait a première vue inaccessible. De la neige et des rochers s’étendaient a pertes de vue, donnant l’impression d’être sur le toit du monde.

« Hwa-Jaï… tu va venir avec moi …et moi»

Frederick reconnu la voix qui s’adressait a lui immédiatement et fit Volte face, pour se retrouver face à Zuljundwumn Mlundwahwundumn, le boucher troll qui l’avait poursuivit depuis Norfendre. Celui ci était accompagné de deux trolls nus et grossièrement recousus qui tenaient des bâtons couverts de gri-gri vaudou qui irradiaient une aura inquiétante. Mnemosyn sourit devant l’apparence grotesque de leurs adversaires, qui semblaient a peine tenir debout et sentaient la mort a plein nez malgré le froid.

Sans attendre de réponse de la part du jeune homme, les trolls lancèrent une volée de traits d’ombres dans sa direction, qui furent interceptés par Mnemosyn, touché de plein fouet en tentant de protéger son invité. Il s’écroula comme une masse sur le sol, devant son demi-frère qui sentait un rage froide le gagner alors que les trolls envoyèrent une seconde volée d’énergie vaudou sur le blessé, qui fut dévié par les épées en sombrefer de Frederick.

Prenant l’initiative sur la prochaine attaque, celui ci se jeta sur les trolls dont la mobilité réduite ne leur permis pas d’esquiver les lames acérées du chevalier, qui les démembra avec facilité avant de se faire jeter a terre d’un coup de pied par le chevalier vaudou. Il leva sa hache et l’abattis avec force sur Frederick, qui roula sur le coté de justesse puis se redressa, barrant de son corps tout chemin vers Mnemosyn, encore inerte au sol. Les deux chevaliers de la mort chargèrent et s’ensuivit un violent échange de coups physiques et magiques au corps a corps qui sembla durer éternellement, aucun des deux n’arrivant a prendre l’avantage sur l’autre.

Néanmoins, le jeune chevalier, qui n’avait pas l’habitude de combattre avec deux armes, pris finalement l’ascendant sur son adversaire qui commençait a perdre du terrain. Un hurlement de rage résonna tandis que la main du troll tenant sa hache tomba au sol. Un sourire de satisfaction fit son apparition sur le visage de Frederick alors qu’il allait asséner le coup de grâce, qui fit place a une expression de surprise. Le bras de l’un des Trolls qu’il avait démembrés c’était aggripé a sa jambe, provoquant un moment d’inattention qui allait lui être fatal. Le Troll sorti de son dos une dague qu’il s’apprêta a abattre sur son adversaire… avant d’être décapité par Mnemosyn, qui c’était glissé derrière lui.

« Tu vois que tu es capable de protéger les autres. » dit le chevalier borgne en souriant de toutes ses dents, visiblement fier de son petit effet.

« Vous l’avez .. fait exprès ? » demanda Frederick, énervé de s’être fait manipulé d’une telle façon.

L’ancien paladin ramassa la tête du Troll, qui malgré sa décapitation était toujours conscient, et le traitait de tout les noms.

« Ton âme est chauffée a blanc, prête à être forgée ».


Back to top
Mnemosyn Von Wachenwazhir


Offline

Joined: 15 Jan 2008
Posts: 13

PostPosted: Tue 15 Jan - 12:21 (2008)    Post subject: Freïkugel Reply with quote

Chapitre 10 – Freïkugel

Azeroth, Alterac


« Hey Frederick, c’est écrit en quelle langue ce passage ? J’y comprend absolument rien »

Depuis plusieurs jours Mnemosyn dédiait ses journées a l’étrange manuscrit trouvé par son demi-frère. Ce livre était un véritable casse tête écrit en plusieurs langues et semblait compiler plusieurs légendes se recoupant, issues de mythologies différentes. La dernière partie du livre, qui faisait bien un quart du contenu total du tome était écrite dans un language que le forgeron des âmes n’avait jamais vu auparavant.

« Oh, je n’ai pas pu le déchiffrer non plus. Je pense que c’est de l’ancien Nérubien »lui répondit le jeune homme taciturne qui ne releva pas les yeux de son livre pour lui répondre.

« Super… où je vais trouver un Nérubien vieux de plusieurs siècles pour me déchiffrer ça… Et d’après ce que tu m’a dit sur les rares survivants, en trouver un qui coopèrerait relèverait du miracle absolu » soupira l’ancien paladin. « Par les mamelles d’Elune… ça craint, mais on ne peut pas ignorer ce qui est écrit dans ce bouquin… C’est trop précis pour n’être qu’une coïncidence, je vais devoir retrouver toutes les sources mentionnée la dedans et fouiller un peu plus profondément.».

« Vous savez, je n’ai pas trouvé ce livre par hasard. J’ai eu l’impression qu’une force m’appelait dans cette bibliothèque. Je n’ai su ce que je cherchait qu’au moment ou je l’ai trouvé. Si je n’avait pas ressenti une telle force, je n’aurait jamais prêté attention a son contenu.»

Mnemosyn se tourna vers un mannequin d’entraînement, dont la tête avait été remplacée par celle du Troll. Sur sa bouche avait été cousue une fermeture éclair pour contenir ses braillements et insultes qui avaient finit par épuiser le chevalier borgne. Celui ci ouvrit la fermeture et lui demanda : « Et toi t’en pense quoi ? »

« Va brûler en enfer humain ! je te dévorerait les… hmpfpfpf !! » La fin de sa phrase se perdit en baragouinements incompréhensibles étouffés par la fermeture refermée.

Les semaines qui suivirent passèrent comme une rêve pour Frederick, qui s’en souvint toujours comme l’un des moments les plus important de sa vie. Les deux hommes passaient leurs journées à discuter de leurs expériences et aventures respectives, et a étudier la magie et l’art de la guerre sous toutes leurs formes. Plus qu’un frère, Frederick avait trouvé un mentor qui lui laissait faire ses propres choix, et ne le jugeait pas lorsque ceux ci différaient des siens. Le chevalier borgne était devenu particulièrement doué dans l’art d’utiliser la magie des ténèbres, réminiscence de son passé de Démoniste qu’il avait volontairement écarté au profit de la lumière. Celle ci l’ayant abandonnée, la magie noire reprenait sa place naturellement.

Néanmoins, quelque chose semblait préoccuper le Forgeron des âmes. Il semblait perdu dans ses pensées, comme si quelque chose lui manquait. Ce malaise se fit grandissant, si bien qu’un soir, Mnemosyn se décida à faire tourner la Forge des âmes de nouveau, le regard plein de détermination.

Attachant ses cheveux de manière très cérémonieuse, il noua un bandana blanc autour de sa tête, le regard perdu dans les flammes de la forge. Sur son établi se trouvaient les restes de son armure en sombrefer et de sa lame de Quel’serrar, détruites en morceaux après l’affrontement contre Azore ainsi qu’un bouclier représentant la gueule d’un dragon rouge, et un lourd bouclier d’obsidienne, fragmenté en plusieurs pièces taillées de manières complexes. Un petit coffret ouvert a coté contenait plusieurs vies primordiales ramenées d’Outreterre.

Il les regarda avec nostalgie, chacune de ces pièces d’équipement représentaient une part importante de son passé. Néanmoins, il les jeta dans le feu de la forge sans aucune hésitation.

« Ce métal a une âme. Il a reçu ma sueur et mon sang, ma vie pour ainsi dire. C’est une partie de moi même que je peut sentir palpiter dans les flammes. »

Frederick le regardait faire, sans rien dire. Il n’appréciait guère le feu, lui qui avait vécu dans un froid surnaturel ses dernières années.

« Aujourd’hui, je n’ai plus rien à protéger. Ma sœur est assez grande pour s’occuper d’elle même, et mes anciens compagnons suivent leurs propres chemins, je peut désormais être moi même. C’est pour cela que j’ai décidé de reforger cette partie de moi pour qu’elle soit plus… en accord avec ce que je suis aujourd’hui. Qui plus est…»

Mnemosyn se tourna vers le jeune homme et lui sourit.

« La lumière m’a quittée en combattant Azore… peut être estimait elle que c’était un mauvais choix. Pourtant j’ai l’impression d’avoir trouvé une force plus profonde … qui me correspond mieux depuis. L’arme que je vais forger en sera l’avatar. J’aurai aimé que Valthas m’en apprenne plus sur notre lignée, comprendre pourquoi a ce moment clé de ma vie, mon maléfice c’est levé de lui même.» Il ne pu réprimer un sourire en prononçant ces mots et repensa a son crétin de père, qui avait du emporter bien des secrets dans sa tombe.

Durant sept jours et sept nuits, le Forgeron se consacra corps et âme a l’accomplissement de sa plus grande œuvre, comme si sa vie en dépendait. A la fin de la septième nuit, il refroidit l’épée avec son propre sang, et la brandit devant lui. L’épée immense semblait palpiter entre ses mains. Une armature en obsidienne parcourait la lame rouge vive, qui pulsait comme de la lave en fusion et la garde représentait la gueule d’un dragon rouge, extension d’un manche en obsidienne assez long pour être tenu par cinq mains.

« Freïkugel… la dévoreuse »

Frederick frissonna devant ce spectacle, ne sachant si c’était l’épée ou son forgeron qui fit naître cette appréhension en lui. L’épée dégageait une forte puissance magique que l’ex-paladin avait imprégné en elle par la magie et son sang, une puissance brute qui semblait bien trop sauvage et instable pour être maniée par un homme.

A l’arrivée de l’hiver, Mnemosyn décida qu’il était temps pour lui de se mettre en route malgré le temps peu clément, il n’avait que trop repoussé le moment de son départ.

Azeroth, les Paluns

« Tu ne veux pas m’accompagner alors ? »

Frederick rabattit sa capuche sur son visage et fit un « non » de la tête.

« Je doit la retrouver, elle m’attend. » répondit Frederick en regardant les deux épées qu’il portait a la taille. Son regard se posa malgré lui sur l’imposante épée que son mentor faisait tenir en équilibre sur son épaule, et hésita un instant a le mettre en garde contre celle ci.

Le chevalier noir ferma son œil valide et sourit.

« Très bien. Je ne te dit pas adieu, Frederick, nos chemins sont voués a se recroiser. »

Le jeune chevalier lui tourna le dos sans rien ajouter et se dirigea vers le port de Menethil, où un bateau pour Norfendre l’attendait. Tandis que Mnemosyn le regardait partir, il ne put réprimer un sourire en regardant ce jeune homme, qui avait décidé de se consacrer à la protection des peuples d’Azeroth, au moment précis ou lui même abandonnait cette voie.
Il fouilla dans son sac et sorti la tête de Zuljundwumn qu’il leva a son niveau en le tenant par les cheveux.

« Hey hey Zulj… tu va me tenir compagnie un petit moment. Ca te dirait pas de parler Nécromancie et Vaudou pendant qu’on… que je marche pardon »

Le rire de Mnemosyn résonna dans les montagnes, tandis qu’il se mit en route vers son destin.


Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 09:55 (2019)    Post subject: Freïkugel

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    ~ Les registres des chevaliers ~ Forum Index -> La Bibliothèque -> Biographies All times are GMT + 1 Hour
Goto page: 1, 2  >
Page 1 of 2

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Create forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group