~ Les registres des chevaliers ~ Forum Index
 
 
 
~ Les registres des chevaliers ~ Forum IndexFAQSearchRegisterLog in

[BG] Matmarann, partie 1
Goto page: <  1, 2, 3
 
Post new topic   Reply to topic    ~ Les registres des chevaliers ~ Forum Index -> La Bibliothèque -> Biographies
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Matmarann
Commander

Offline

Joined: 30 Jun 2007
Posts: 955
Localisation: Au Santum.

PostPosted: Sat 1 Dec - 09:33 (2007)    Post subject: [BG] Matmarann, partie 1 Reply with quote

Selmane n'avait pas eu le temps de voir Chevalier qu'avait secouru Melkior et son écuyer, quand ils l'avaient ramenés vers la grotte, Melkior lui avait donné la tabard à la hâte et l'avait envoyé directement à Théramore. Mort d'angoise, pour un de ses frères, Selmane lança son cheval au galop vers le fort sans demander plus d'expliquation et qui il était..

Devant l'entrée de la cavité, L'écuyer de Melkior passa un instant à l'air.
Selmane se détendit un peu. L'air sombre et très inquiet, L'écuyer guida son compagnon le long des couloirs rocheux. Au bout d'un moment, ils s'arrêtèrent. L'écuyer tira par la manche Selmane.
-"Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas!"

Quand Selmane eut hoché la tête, il continuèrent leur chemin. Quelques seconde plus tard, il débouchèrent dans une grande pièce cavernique. Dès qu'il aperçut Selmane, Melkior, lui plaqua une main sur la poitrine pour le forcer à reculer.
-"Selmane, tu dois m'écouter attentivement et ne pas te mettre en colère."
-"En colère ? Cela serait bien la première fois."
-"Selmane, je t'en prie, vieux frère, c'est très important ! Tu dois écouter et faire ce que je te dis. Jure-le !"

Soudain très pâle, Selmane capitula.

-"Je le jure, mon ami."

Melkior posa son autre main sur la poitrine de son compagnon - à côté de la première, qu'il n'avait pas retiré.
-"La personne que, enfin le paladin à la tabard que tu as déposé à Théramore ... C'est Matmarann.
-"Impossible ! Mat ... ne se serait pas laissé faire aussi facilement!"
-"Selmane, je t'en supplie ! s'écria Melkior, des larmes aux yeux. Je ne sais pas s'il s'en sortira. Je l'ai ramené dans notre monde, mais il n'y restera peut-être pas longtemps. Je voulais que tu le saches.
-"Mais ... si ... si c'était lui, je l'aurai resenti. Tu dois te tromper! Je m'en serais rendu compte en tenant sa tabard, c'est certain! Il est plus qu'un frère pour moi!"
-"Nous avons eu du mal à l'identifier également avant qu'on l'ait un peu nettoyé ... "


Selmane voulu avancer, mais Melkior le repoussa.
-"Tu as juré d'écouter !"
Le chevalier l'entendit à peine; Il ne pouvait plus réfléchir, l'image du corps désarticulé qu'il avait à peine aperçu, était gravée sur ses rétines. Comment croire que c'était Matmarann ?"
Comme si ce vieux tic pouvait le réconforter, il se passa une main dans les cheveux.

-"Melkior, je t'en supplie, laisse moi passer ! Laisse moi passer!"
-"Selmane, tu dois être fort, sinon, nous n'arriverons pas à le sauver! S'il te plaît, ne défoule pas ta colère sur moi !"
-"Que dois-je faire ? Parle et je t'obéirai sans discuter ! Que dois-je faire ?"
'"M'écouter ! Tu peux essayer."


Selmane hocha la tête, même s'il n'était pas très sûr d'avoir bien compris. L'esprit en ébullition, il se souvint du temps passer avec son vieille ami ... ils étaient ...
-"Selmane!"
-"Désolé ... Désolé .. Bien, je t'écoute ..."

Melkior baissa les yeux.
-"Nous l'avons recousus sur une grand parti de son corps, son visage est très touché. Il a de multiples fractures et plusieurs hématomes inquiétants. Selmane, notre ami ... Ne recules pas devant ce que tu vas voir. nous allons devoir être fort; tu vas devoir être fort."

Toujours en regardant le sol Melkior ajouta:
-"Il n'est pas reconnaissable ... ils ... ils lui ont tailladé le visage."

Selmane se laissa glisser sur le sol. Melkior s'agenouilla, l'enlaça et le laissa pleurer un moment.
-"Je comprends ton chagrin, finit-il par souffler et je resens la même douleur, mais ça ne l'aidera pas."
Selmane réussit à se controler. Appuyé contre la roche, immobile comme une statue, il attendit que Melkior lui dise que faire.
-"On doit trouver un prêtre."
-"Quoi?"
-"Si nous trouvons un prêtre, nous pourrons peut être le sauver et améliorer sa condition physique."


Ses mots firent l'effet d'un coup de poing à Selmane.
-"Bien ! Déplace notre ami dans un endroit moins froid, je vais chercher un prêtre. Il y a des bâtiments en contre bas, prends soin de lui durant mon absence ... je vais."
-"Mon écuyer et moi, nous nous occuperons de lui aussi bien que possible."
-"Selmane, intervint Melkior d'une toute petit voix, je ne sais pas, mais ...Tu veux le voir avant de partir ?"


Le chevalier se prépara au pire moment de sa vie.
-"Oui. J'aimerais le voir ..."


Back to top
Publicité






PostPosted: Sat 1 Dec - 09:33 (2007)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Matmarann
Commander

Offline

Joined: 30 Jun 2007
Posts: 955
Localisation: Au Santum.

PostPosted: Wed 5 Dec - 09:52 (2007)    Post subject: [BG] Matmarann, partie 1 Reply with quote

Il ne se souvenait pas de sa mort.
Avec une angoisse diffuse, il se demanda si les voix qu'il entendait à peine - comme si elles venaient de très loin - signifiaient qu'il allait de nouveau connaître l'expérience la plus ultime qui soit: Sombrer dans le néant.

Si c'était le cas, il ne pouvait absolument rien faire.

Alors qu'il ne se rappelait pas sa fin, il gardait une vague réminiscence de murmures solennels affirmant qu'il avait cessé de vivre et dérivait désormais vers le royaume de la lumière. Puis un homme avait posé sa main sur sa poitrine et empli ses poumons inertes du souffle de la vie. Par cet acte en apparence divin, il l'avait ramené dans le monde des vivants. Mais qui avait tristement déclaré qu'il venait de mourir ? Et qui était son sauveur ? Il ignorait la réponse à ces deux questions ...

S'était-il accroché à la vie grâce aux mots et aux encouragements vibrants de tendresse désespérée que les voix lui avaient chuchotées cette première nuit ? Cela se pouvait, mais là non plus, il n'était sûre de rien ...

S'il ne lui restait aucun souvenir de sa mort, la douleur précédant son passage dans l'oubli éternel était gravée comme au fer rouge dans sa mémoire. Et cette souffrance, il le savait, le hanterait jusqu'à son dernier souffle.
Seul dans le désert de neige, il avait sauvagement lutté contre des hommes qui l'entouraient comme une meute de chiens de chasse acharnés à déchiqueter un lièvre. Dans l'obscurité, leurs rictus mauvais, révélant des dents semblables à des crocs, ils l'avaient frappé jusqu'à ce qu'il s'écroule puis achevée à coups de couteaux.

Quelques jours plus tard - des heures ou des jours, c'était impossible à dire -, alors qu'il reposait entre des draps propres, dans un lit inconnu, il avait ouvert les yeux pour les plonger dans le regard de deux hommes. Et découvert à cet instant que le monde réservait à certains être un calvaire bien pire que celui qu'il lisait sur le visage de ces deux personnes.

Il ignorait le nom de ses sauveurs. Voyant, l'angoisse qui voilait leur regard, il lui était apparu sans l'ombre d'un doute qu'il aurait dû les connaître. L'identité de ces hommes comptaient plus que la sienne - Que la vie elle-même, en réalité. Mais leurs prénoms refusaient de lui revenir, et rien, tout au long de son existence, ne l'avait jamais autant emplie de honte.

Puis les jours passèrent encore, le prénom des deux hommes était enfin remonté des profondeurs de sa mémoire. La plupart du temps, ils restait à la surface, sauf quand la douleur revenait, presque aussi insupportable que la nuit de sa mort; A ces moments-là, il oubliait jusqu'à son propre nom ...

Il se força à ouvrir les yeux et les plissa aussitôt, tétanisé par la douleur qui l'avait laissé en paix -oh! très relativement - pendant qu'il dormait.

Une pâle lumière éclairait à peine les contours de la petit pièce où il reposait; Parce que la nuit tombait, ou parce que quelqu'un avait tiré les rideaux ? a chaque réveil, depuis ce terrible soir, il était incapable d'estimer combien de temps il avait dormi. Des heures, des jours, des mois ... La durée n'avait plus de sens pour lui.

La bouche sèche et pâteuse, les membres lourds comme si il n'était pas vraiment réveillé, Matmarann avait envi de vomir comme ce lointain après-midi, dans son enfance, où il avait mangé trois pommes vertes au sucre avant une traversée en bateau, par une journée chaude et venteuse.
Aujourd'hui, il lui semblait qu'il faisait aussi étouffant que cet été-là ...

Matmarann tenta de se relever, mais sa conscience lui sembla être un minuscule îlot battu par les flot déchaînés d'un océan obscur. Les entrailles retournées, il renonça à bouger et mobilisa toute sa volonté pour ne pas vomir. Dans son état actuel, il le savait, vider ainsi son estomac était une torture - une manière de petit mort, en quelques sortes ...

Il referma les yeux, s'immergea un moment dans une paisible obscurité, puis se reforça à remonter à la surface et à relever les paupières. Un peu plus tôt, se souvint-il, il avait bu une décoction censée calmer la douleur et l'aider à dormir. En matière d'herbes médicinales, le prêtre qui accompagnait ses deux amis, semblait être un expert. Et ses préparations permettaient au moins à Matmarann de sombrer dans un sommeil profond où la souffrance l'atteignait encore, mais ne lui donnait plus envie de hurler.

Très lentement, afin de ne pas faire bouger les dagues qui semblaient enfoncées entre ses côtes, Matmarann prit une profonde inspiration. L'odeur d'épicéa et de pin qui monta à ses narines contribua à calmer ses nausées. Au pris d'un gros effort, Matmarann parvint à focaliser sa vison, et il aperçut, en face du pied de son lit, un mur de pierre. La coupe et la taille des briques paraissaient approximatives, mais l'assemblage très précis témoignait du savoir-faire et de l'expérience des nains.

La pièce était très petit, tournant la tête vers la droit, il constat qu'une couverture de laine beige obstruait ce qui devait être l'encadrement d'une porte. Des voix retentissaient derrière cette dérisoire protection.
-"Les chevaliers d'Uther seront bientôt là. Notre ami sera en sécurité. il est temps pour nous de nous éloigner de nouveau, pour un temps" dit Selmane.

Désireux de savoir ce qui se passait, Matmarann tenta de se redresser sur un coude. Hélas, son bras gauche ne réagit pas comme il l'attendait; Tel un éclair qui déchire le ciel, la douleur explosa dans la moelle de ses os et remonta jusqu'à son épaule.
Avec un gémissement - à cause d'un mouvement qu'il avait à peine esquissé - Matmarann se laissa retomber dans son lit. Rien de bien extraordinaire, puisque son épaule ne s'était pas écartée de plus d'un pouce du matelas ...
Pourtant, il haleta sous le "Choc", ravivant la souffrance due aux dizaines de lames qui lui semblaient toujours plantées entre ses côtes.

-"Nous partons, si tu compte rester près de lui, alors tu sais ce qu'il te reste à faire, Melkior ! reviens dans la lumière et restes à ses côtés !" ajouta Selmane.
-"J'y pense, oui ... Ils sont nos frères et leur présence me manque."


Se forçant à respirer lentement, Matmarann parvint à contrôler la douleur. Après s'être autorisé un soupir de soulagement, il tourna la tête, regarda son bras gauche et vit qu'il était serré dans une attelle. Comment avait-il pu l'oublier et tenter de se redresser sur ce coude-là ? Les herbes médicinales, bien sûr ...Elles le calmaient, mais lui embrumaient l'esprit. Eh bien, puisqu'il lui était impossible de s'asseoir dans son lit, il essaierait au moins de mettre un peu d'ordre dans ses pensées.

-"Bien, les nains donneront, le message aux chevaliers ...dans ce cas allons-y !!"

Matmarann entendit les voix s'éloigner, puis la porte se refermée, suivit par des chevaux qui partaient aux galops. Tendant prudemment la main droite, il essuya la pellicule de sueur qui couvrait son front - une réaction classique à une forte souffrance; son épaule droite lui faisait également mal, mais l'articulation fonctionnait à peu près bien. Ravi par cette dérisoire bonne nouvelle, Matmarann passa ses doigts sur ses yeux gonflés et comprit pourquoi le simple fait de lever les paupières l'avait mis à la torture. La chair était boursoufflée et elle devait avoir une immonde teinte violacée.

Passant à sa joue, il y sentit des coupures profondes qui l'élancèrent comme si on enfonçait des minuscules aiguilles dans tous les nerfs de son visage. Pour savoir à quoi il ressemblait, il n'avait pas besoin de miroir, car il lui suffisait de sonder le regard ses sauveurs. A chaque fois, il aurait tout donné pour cesser de voir tant de souffrance dans leurs yeux. Oui ... il devrait porter une cagoule pour un long moment et peut être à jamais ...
Enfin, essayant de vouloir sortir quelques sons de sa bouche, il constata qu'aucun n'arrivaient à sortir ...

Epuisé d'avoir fait l'inventaire de sa situation, Matmarann sombra malgré lui dans un sommeil profond ... Bientôt les chevaliers arriveraient ... Et il devrait se battre et survivre pour eux ... Le temps n'avait plus d'importance à présent, seul ses amis comptaient.





Back to top
Matmarann
Commander

Offline

Joined: 30 Jun 2007
Posts: 955
Localisation: Au Santum.

PostPosted: Sat 8 Dec - 13:54 (2007)    Post subject: [BG] Matmarann, partie 1 Reply with quote

-"J'espère que vous aimez les oeufs ?" lança un nain en entrant dans la pièce, une assiette fumante dans les main. Matmarann fît un signe de tête pour lui confirmer qu'il en raffolait.

-"J'ai demandé à ma femme d'ajouter du jambon et quelques autres choses qu'elle avait sous la main. (il jeta un regard critique à Matmarann). vous auriez besoin de reprendre des forces et de vous étoffé ..."
Matmarann ne pouvant répondre, approuva en s'emparant de l'assiette remplie à ras bord. En humant à plein poumons la délicieuse odeur de son repas, il se dit que cela sentait merveilleusement bon . Pour avoir pensé à donner des consignes pareilles à sa femme, le nain devait être un être de coeur et d'esprit.

Le paladin baissa doucement la cagoule qu'il portait et se pencha pour ne pas faire voir à son hôte l'état de son visage.

Il prit une première fourchette, avec difficulté et la savoura. Séduit par un morceau de jambon particulièrement bien grillé, il le piqua au bout de sa fourchette et le montra comme un trophée au nain. Le mélange d'oignons, d'épices, de poivrons et de fromage, en plus de la viande, était un enchantement pour son palais. Les yeux mi-clos, il semblait revivre un peu ...

Il n'avait rien mangé de si bon depuis des jours.

-"Vous est si maigre et si affaibli ... Avez vous vu vos bras ? ... je suis heureux que vous mangiez à votre faim pour une fois" - et heureux de pouvoir sauver la vie à cet homme qui à présent était parmi eux depuis un petit moment.
Après avoir englouti les trois quarts de la portion, Matmarann ralentit le rythme pour se ménager le plaisir. il retrouvait la faim, c'était bon signe.

Le paladin remit sa cagoule en place et se recoucha avec l'aide de son soigneur. Puis le nain écarta la couverture, inspecta les pansements poisseux de sang et pus de Matmarann, les défit et entreprit de nettoyer délicatement les plaies.

-"Certain des miens, on vu vos amis dans la région, il y a de cela une semaine. Ils ne devraient plus tarder à vous trouver, vous savez ?"
Le nain jeta le carré de tissu dans un seau et se pencha vers le paladin.
-Je pense que d'ici là, vous pourrez, avec encore des difficultés, bouger de vous même."

Le nain récupéra la compresse, l'essora et recommença à nettoyer les plaies ... Il continua durant un long moment avant de prendre congé ... Matmarann sombrât de nouveau dans les profondeurs de l'oubli.


Back to top
Matmarann
Commander

Offline

Joined: 30 Jun 2007
Posts: 955
Localisation: Au Santum.

PostPosted: Fri 2 Apr - 22:48 (2010)    Post subject: [BG] Matmarann, partie 1 Reply with quote

Retour en Azéroth
Parenthèze


Depuis un an, je me recueille loin de ce monde que j'ai quitté. Abandonnant mes fères et soeurs, les guidant vers les ténèbres, loin de la lumière. Que je pleure ce temps noir, ou j'ai laissé derrière moi que le souvenir d'un homme lâche et faible.

Je ne suis pas digne d'eux, mais pourtant me revoilà, j'ai prié, j'ai prié, loin de ce monde et elle m'a rappelé. Je reviens pour me faire pardonner d'elle, pour qu'elle me donne une chance de redevenir ce que j'étais avant de l'abandonner.

C'est ainsi que ce soir, j'ai eu l'honneur d'assister à une messe en Hurlevent:



A présent je serai dans la cathédrale de la capitale, jusqu'au jour ou je serai purifié par la prêtresse lors d'une soirée de bénédiction. Je sais que ce soir là je devrai tout lui confesser, mais je suis prêt, j'espère qu'elle aussi l'est à entendre ce que j'ai à lui dire. Le chemin est en route et j'attends ce jour ou je redeviendrai Matmarann serviteur de la lumière et dernier des chevaliers d'Uther ...


Back to top
Matmarann
Commander

Offline

Joined: 30 Jun 2007
Posts: 955
Localisation: Au Santum.

PostPosted: Fri 9 Apr - 23:23 (2010)    Post subject: [BG] Matmarann, partie 1 Reply with quote

~ De retour vers la lumière ~

C'est devant le grand Archevèque Bénédictus que la cérémonie à débuté


Quelques minutes plus tard et dans un silence de Cathedrale, le vieil homme donna sa bénédiction au paladin déchu


Les membres de l'Eglise d'Hurlevent commencèrent a se regrouper en nombre


Selon ce qui était prévu je du passe devant la grande Dame de la Cathedrale


Devant tout le monde je du me confesser de tous mes fautes, la plus dure étant ma faute envers mon ami Ethann:


Enfin celle que j'avais abandonné me revint et je compte bien ne pas la décevoir et rester s'il le faut le dernier des chevaliers d'Uther


Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 18:12 (2019)    Post subject: [BG] Matmarann, partie 1

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    ~ Les registres des chevaliers ~ Forum Index -> La Bibliothèque -> Biographies All times are GMT + 1 Hour
Goto page: <  1, 2, 3
Page 3 of 3

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Create forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group