~ Les registres des chevaliers ~ Index du Forum
 
 
 
~ Les registres des chevaliers ~ Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

~ Lien vers l'Ancien Forum de L'ordre ~
[Bg] Journal d'un mort, Partie 2:

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    ~ Les registres des chevaliers ~ Index du Forum -> La Bibliothèque -> Biographies -> Archives du passées (BG).
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Matmarann
Commander

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2007
Messages: 949
Localisation: Au Santum.

MessagePosté le: Dim 1 Juil - 14:04 (2007)    Sujet du message: [Bg] Journal d'un mort, Partie 2: Répondre en citant

La défaite engendre le courroux. La haine engendre la vengeance.

Prologue.

Les défenseurs d'Azéroth ont encore repoussé une menace ... et perdu de nouveaux compagnons. Blessé par la défection de son meilleur ami, Matmarann s'inquiète surtout pour Amandil, disparu ou peut être arraché du monde des vivants par des créatures démoniaques.

Mais avant de voler à son secours, l'esprit doit reprendre son corps, il doit se défendre, car il est accusée de haute trahison.
La haut, ou nul ne revient, le procès aura pour enjeu sa descente au enfer, le chemin du royaume éternel ou le retour sur Azéroth.
Alors que de nouvelles batailles se préparent, fruit empoisonné de moults années de haine. Matmarann se demande s'il parviendra seulement à garder purifier son âme et à reprendre le chemin de la vie ...


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 1 Juil - 14:04 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Matmarann
Commander

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2007
Messages: 949
Localisation: Au Santum.

MessagePosté le: Dim 1 Juil - 14:04 (2007)    Sujet du message: [Bg] Journal d'un mort, Partie 2: Répondre en citant

Ajouté dans le livre d'archives du royaume Éternel, ce jour, le 22è de la Lune blanche, dans la 75è année du règne d'Hurlevent.

Si les boeufs étaient des bardes, les bouchers seraient des scélérats. Ce proverbe me rappelle que tout histoire est modelée par celui qui la raconte. Je suis Matmarann, une âme perdu dans un monde que je ne peux vous décrire, mais encore en cet instant j'ai juré de servir la vérité, ma foi et les gens qui la gouverne.

Il ni a pas si longtemps, j'aurai juré que la foi ne parlait que de ma voix; maintenant des centaines de voix m'appellent, toutes irrésistibles, et souvent contradictoires. Quoi qu'il en soit, ce n'est pas le moment idéal pour 'l'introspection ou la philosophie: J'ai trop de choses à faire, car je suis mort ... Voici donc mon récit, aussi direct que possible.

L'histoire du royaume Éternel commence avec "La cité de Brume", célèbre pour sa magie blanche et pure. Avant que la gloire des cieux ne soit troublé une première fois, un groupe d'âme, qui furent nommé les "sorciers blanc" en partit et s'installa loin au sud, dans un havre de paix protégé par les montagnes de nuages et la mer d'étoile. Ici, ils évitèrent les excès de "la cité de Brume", grâce à une série de lois et de protocoles complexes ...Quand bas vous appelez: "La Lumière".

Quand mon âme eut quitté mon corps de vivant, je fus accueilli dans un ordre: "Les esprits", destiné à rester à jamais dans l'art de la pénitence. La "Lumière" ne nous a accordé aucun pouvoir. Au contraire, elle nous fut retiré. "Les Esprits", ou nouveau venu, sont identifiés à leur arrivée, mit de côté, puis élevé pour étudié leur nouvelle vie et les traditions du "Royaumes Éternel". N'ayant plus la "Lumière" à nos cotés, nous pouvons conseiller les âmes, mais pas les contraindre. En retour, aucune d'elles ne peut nous influencer. Les secrets qui nous sont confiés ne peuvent pas être volés ou modifiés par des moyens, Divin ou magiques.

Des lois et des coutumes supplémentaires assurent la fidélité des âmes. Nous sommes imperméables à l'ambition, car nous ne possédons, ni titre ni domaine. Il nous est interdit de céder aux faiblesses obscurcissantes et d'avoir des relations avec le monde du dessous (ou Outreterre) qui risqueraient d'influencer notre jugement. Parmi les gardiens de la pureté des âme figurent les "Tueurs de Démons", des âmes possédant des ailes blanches et éclatantes qui ont pour rôle inquisiteurs, repousseurs de démons et d'âme perdus qui tenteraient de franchir l'escalier du Destin.

"Les tueurs de Démons" disposent de la lumière et ressemble beaucoup à ce que vous nommeriez "Paladin". Si un "Tueur de Démons" déclare qu'un esprit est inapte pour le royaume Éternel, celui-ci est aussitôt détruite et repoussé dans le monde du dessous. Et si un "Tueur de Démons" assure qu'un esprit est infecté par la noirceur, c'est une sentence de mort Éternel. Un verdict sévère ...
Mais la confiance qui doit exister entre les âmes et la lumière exige une absolue certitude.

Au printemps dernier (du moins pour vous sur Azéroth), une "Tueuse de Démons", une elfe appelée Eva, est venue au Collège de "L'ordre des Esprits". elle a rendu un jugement sur Amdris, l'esprit le plus prometteur de notre promotion. La sentence de "Mort Éternel" fut aussitôt exécutée.
Mais il s'avéra que Eva était malhonnête. Elle enleva Amdris, utilisant sa fonction pour rassembler en secret une armée de guerriers célestes immunisés contre "la Lumière". Puis elle les emmena dans le marais noir, qui tire son nom des âmes des Réprouvés qui y demeurent. Dans ce marais rôdait le Lurakoen, un monstre qui se nourrit de "Lumière".
A mon avis, Eva n'avait pas l'intention de détruire le Lurakoen, mais le lâcher sur les "Royaume Éternel"; Son but, pour autant que je puisse en juger, était de désorganiser les royaumes Célestes.

Eva aurait pu réussir sans l'intervention d'une jeune âme appelée Melkior ... Melkior mon ami. Sans formation du renouveau terminée, il possédait déjà un remarquable talent brut pour la "lumière". Sa voix était le leurre censé attirer le Lurakoen loin de son moyen de subsistance: une source venue d'une fuite dans le plan élémental.
Cela dit, quand Melkior est impliquée dans une affaire, les choses se passent rarement comme prévu !
Il appela le Lurakoen et le tint sous son emprise pendant que les "Tueurs de Démons" l'attaquaient. nous aurions pu détruire le monstre, mais il s'échappa par "la porte noire" ... la porte menant vers l'outreterre, juste avant qu'Eva déplace ce passage dans un endroit inconnu. Cet effort fut de trop pour Eva. A la fin de la bataille, elle ne possédait plus qu'un souffle de vie.
Je l'ai emmenée dans la forteresse d'Azur, avec l'espoir que les âmes prêtresses puissent la sauver et apprendre l'emplacement du Portail ...

Ce passage déplacé, le monde des vivants s'éloignait encore un peu plus de moi ...
[A suivre]


Revenir en haut
Matmarann
Commander

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2007
Messages: 949
Localisation: Au Santum.

MessagePosté le: Dim 1 Juil - 19:50 (2007)    Sujet du message: [Bg] Journal d'un mort, Partie 2: Répondre en citant

Les prêtres sauvèrent Eva mais elle s'enfuit et rassembla de nouveau des alliers pour attaquer le "Royaume Eternel". Avec des demons et des reprouvées du monde du dessous, elle pilla le "miroir de la Dame", un lieu saint du culte de la "Lumière" qui regorge de grimoires et d'artefacts rarissimes. D'autres trèsors divins lui furent fournis par ses alliées, les âmes sombres, des guerriers descendant de la lignée des guerriers de leur vivant.

Bien que cela soit difficle à accepter pour moi, parmi les alliés d'Eva se trouvait Amdris. Peu après la bataille du Marais Noir, il s'était découvert des points communs avec la "Tueuse de Démons" renégat. Normalement, les Esprits ne connaissent pas la soifs de l'ambition. Amdris fût boulversé par sa lutte avec l'elfe aillée. Cela le conduisit peut-ête à trouver les actions d'Eva honorables après coups, alors qu'il en était rien.

Eva avait certainement des contacts avec les démons du monde du dessous, ou même d'Outreterre, car ses plans avançaient en harmonie avec les leurs. Bien que j'hésite à suggérer que des "Tueurs de Démons" ou même des âmes aient aussi comploté avec elle.

Notons toutefois que les inquisiteurs ont examiné Amdris et ont déclaré qu'il n'était pas coupable.

Pendant que ces différents événement se déroulaient, je cherchait Eva, avec l'aide de Melkior, craignant qu'elle rouvre le portail et que nous ne puissions pas l'emprunter pour rentrer. Amdris, avant sa destruction, prétendait que le but d'Eva était de détruire le "Royaume Eternel"; Elle se serait ensuite enfuite dans le plan de l'Outreterre, même sans pouvoir revenir.

C'est ce que dit Amdris; J'aimerai pouvoir le croire ... Aux yeux d'Amdris, Eva était une héroïne qui à sacrifié sa vie pour détruire tout vestige du règne de la blancheur. J'ai vu Eva à l'oeuvre. A mon avis, le bien ne peut pas naître d'une telle haine et d'une telle méchanceté.

Quoi qu'il en soit, l'ancienne "Tueuses de Démons" à été vaincue. Melkior a contrecarré les plans d'Eva. Le portail vers l'Outreterre a disparu ... le seul passage qui me sépare du monde d'Azéroth. Au moment ou j'écris ces mots, Melkior est en Outreterre dans une contré qui m'est inconnu.
Que la "lumière" lui accorde la grâce et la force de survivre jusqu'à ce que Samildanach et ses chevaliers d'Argent le retrouvent et lui fassent passer le Portail Noir.

En dépit de nos victoires et de nos sacrifices, les troubles déclanchés par Eva ne furent pas aisés à reprimer. Les démons arrivant de "l'escalier du Destin" attaquèrent en force, et les combattants aillés qui se dressèrent contre eux furent tourmentés par le peuple des réprouvés, qui lâcha une armée de guerriers mort-vivant sur "la cité Royal de Lumière"

Séparèment, ces ennemis auraient été faciles à vaincre, pour l'armée divine. Mais notre puissance militaire avait été minée par les stratagèmes d'Eva. Des divisions entières d'âmes furent envoyées sur les marches de "l'Escalier du Destin" pour nous protéger des démons hostiles. Quand la nouvelle de la défaite du Lurakoen se répendit, beaucoup de reprouvés disparurent dans "le Marais Noir" pour chercher et avaler les âmes et les esprits, qui y était tombés.

Mais le pire nous attendait encore: une force d'invasion franchit le portail d'Outreterre, à l'est, entra dans le "Royaume Eternel" sans que la magie Divine ne l'a detècte !

Pour la première fois en près de cent sciècles, le Grand-Orateur, le plus grand mage divin du "Royaume Eternel", fut incapable de prédire une menace. Ce fut un coup terrible pour le moral des troupes Célestes - et peut-être le but qu'Eva voulait atteindre depuis toujours.

Si cela vous paraît incroyable, réfléchissez à cela: une des alliées d'Eva, une réprouvées, était Sylvanas en personne, la reine noire ... Celle qui vous a prit Lordearon.

Au début de la bataille, un des guerriers réprouvés est devenu fou. Je l'ai combattu et détruit, mais pas avant qu'il ait détruit une âme et mangé plusieurs autres. On proposa une résurection des âme détruites. Et les prêtres se mirent à la tâche ...

Les choses auraient pu en rester là, si Melkior n'était pas intervenu.

Mon ami est capable d'imiter n'importe quelle voix et tenir son public sous son charme, avec un talent qu'un barde envierait. Dernièrement, il avait appris à multiplier ses dons pour amuser les âmes aussi aisément qu'un nuage crache des éclairs. Il se déplace comme le vent, grimpe comme le lière et se moque des obstacles.

Melkior s'est glissée dans les rangs ennemis. Avec son don, il a entendu un entretien très troublant entre la reine Sylvanas et Eva.

Eva avait remercié Sylvanas de son exellent travail. Puis elle l'informa de la façon dont son plan devait se passer.

Melkior fut decouvert, la reine le jetta a travers le Portail, avant que ce dernier disparaisse ... je fus accusé de traitrise. Et j'attends mon jugement. Cette tragédie a ruiné toute chance de retourner dans le monde des vivant.

Ruiné ? Oui, je le crains. Les envahisseurs démoniaques ont été repousés, et le Portail interdimensionnelle à disparu, mon ami n'est plus à mes côtés. Et je suis accusés de trahison. Même si personne n'ose me le dire que je suis sur la sellette.
Si j'avais connaissence de la perfidie d'Eva, je serai aussi coupable qu'elle. Et comment le devin le plus puissant du "Royaume Eternel", le "Grand-Orateur" n'aurait-il pas su ce qui se passait dans son propre Royaume ? S'il en a réellement été incapable, son pouvoir a-t-il disparu ? Est-ce pour cela qu'il n'a rien su de l'invasion ?

Tout les âmes murmurent ces questions. Bientôt, "Les tueurs de Démons" ne se contenteront plus de murmurer.

Cela me ramène au début de mon récit, et au rôle des Esprits. Nous , sommes les gardiens des traditions divine, et nous passons les vingt première années de notre existence céleste à mémoriser l'histoire de notre Royaume et du votre. Les récits des guerres et des Batailles que vous avez livrés. Je prie tous les jours "La Lumière" que le peuple d'Azéroth aient assez appris du passé pour éviter que cela recommence.

Pourtant, je ne peux ignorer une troublant vérité: si c'était le cas, le Royaumes Eternel devrait montrer l'exemple ... Et nous serions les premiers être sage de tous les temps ...
[A Suivre].


Revenir en haut
Matmarann
Commander

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2007
Messages: 949
Localisation: Au Santum.

MessagePosté le: Ven 6 Juil - 19:06 (2007)    Sujet du message: [Bg] Journal d'un mort, Partie 2: Répondre en citant

Quelques parts dans le Royaume d'Azéroth, deux semaines plutôt, une tour noire se dressait au millieu d'un océan de la folie...

Les murs de la salle principale circulaire étaient couverts de cages. A l'intérieur, des esclaves de toutes les espèces s'agitaient, tapant contre les barreaux. Leurs cris emplissaient la tour pendant que des apprentis en robes rouges vaquaient à leurs occupations sans se soucier de leur sort.

Dans une cage se recroquevillait un homme vêtu d'une chemise courte qui ne cachait pas les cicatrices laissées par des tortures répétées. Il regardait au-delà des barreaux forgés par les diablotins, contemplant la perspective de sa mort certaine.

Quand la raison etait encore en lui, on l'appelait Amandil, Haut Commandeur des Chevaliers d'Uther, fière paladin et descendant d'une longue lignée. A présent, il était seulement "le muet", le jouet favori du nécromancien. Même si son coeur était mort quand, son frères d'armes Matmarann l'avait abandonné malgré leur amitié ... une amitié qu'il croyait plus solide que cela ... Même si quelques temps après les chevaliers s'étaient étient, comme Matmarann l'avait prévu ... Et lui avait prédit ...
Quelques choses en lui, lui disait de tenir le coup. Il survécut à tout les maléfice, un exploit qui le surprit autant que son bourreau.


Mais aujourd'hui, enfin, tout finirait.

Amandil jeta un coup d'oeil dans le grand miroir ovale fixé aux barreaux de sa cage, fenêtre ouvrant sur un monde de déchéances. Derrière se débattait un démon, deux fois plus grand qu'un homme, et aussi musclé qu'un nain, c'était une pure incarnation du mal. Amandil le connaissait bien, car le necromancien l'avait déjà capturé et torturé, et les souvenirs de ses précédentes rencontres avec lui l'emplissaient de terreur et de dégout.

Le démon frappait du poing contre le portail.

Le nécromancien emprisonnait toujours le démon dans ces limbes magiques jusqu'à ce qu'il soit fou de rage, et Amandil ne savait jamais à quel moment il ferait irruption dans sa cage. Cette attente était un des tourments les plus cruels que lui infligeait le sorcier.

Amandil se souvint de l'expérience prévue pour la nuit même, à laquelle il ne pourrait pas survivre. Mais l'idée de mourir lui apportait peu de réconfort ...

Il tendit le cou, cherchant le jouet favori du necromancien, une gemme cramoisie qui contenait les âmes de ceux de son clan. Aux yeux d'Amandil, la force vitale d'un paladin était dans sa foi. La mort, pour un des prisonniers de ce sorcier, devenait une destinée d'une nouvelle sorte.

La gemme n'était pas à l'endroit habituel. Cela signifiait que le sorcier était encore partis en chasse.
Un cri strident couvrit la cacophonie ambiante. Amandil se redressa. Les sentinelles de pierre s'étaient enfin reveillées !
La tour du nécromancien, gardée par des armées de morts-vivants, était protégée par des pièges effrayants. Personne n'avait jamais reussi à traverser ces défenses et à sortir de leur sommeil les deux gargouilles postées devant la porte.

Amandil se leva et repoussa les mèches ternies qui étaient autrefois d'un blond éclatant. Il tendit l'oreille. Des cris de bataille montaient des entrepôts de pierre où étaient emprisonnés la plupart des prisonniers du nécromancien - y compris beaucoup d'être de la race d'Amandil !

Il entendit les portes de chêne des entrepôts exploser, des chants de joie s'éleverent puis décrurent quand les prisonniers s'enfuirent. Des larmes de joie inondèrent les joues d'Amandil, même si il avait peu d'espoir d'être sauvé.

Les portes de la tour s'ouvrirent à la volée. Deux énormes gargouilles de pierre entrèrent dans la salle et se postèrent de chaque côté de la porte.
Les apprentis essayèrent de resister. La tour elle-même se prépara à la bataille, toutes les sculptures prenant vie.
Les prisonniers attendirent l'assaut avec un mélange d'espoir et de crainte.

GRIMPEZ ! VITE !

L'ordre silencieux retentit dans l'esprit d'Amandil. Les visages étonnés des autres prisonniers lui indiquèrent que tous avaient entendu le message. La voix mentale vibrait dans leur coeur, tel le soleil se levant à l'Aube d'une nouvelle journée.

L'espoir donna de la force à amandil. Il bondit saisit un barreau transversal, se hissa dessus et tendit la main vers la prochaine prise. Les autres prisonniers grimpaient tous tant bien que mal.

Un nuage gris jaillit au millieu de la tour avec un rugissement de dragon. il explosa, lâchant un torrent de pluie qui faillit déloger Amadnil de son perchoir; Il s'accrocha et continua à grimper, un petit sourire aux lèvres.

De la vapeur monta du sol quand les lames divines rencontrèrent les flammes lancées par les apprentis. Ils reculèrent et tombèrent petit à petit les uns après les autres. Quand soudain d'une épée jaillit de la lumière.
Les gardiens de pierre et de marbre se figèrent, la magie qui les animaient ayant disparu. Un serpent ailé, qui n'avait pas encore atteri, se pétrifia en plein vole et se fracassa sur le sol.
Les deux gargouilles se battirent un moment contre la lumière, mais elles ne purent se libérer et finirent pas s'effondrer.

Amandil se laissa retomber sur le sol. Puis il regarda autour de lui. Plusieurs acolytes étaient morts. D'autres étaient devenu aveugle et certains s'étaient mis à genoux.

Huit Chevaliers entrèrent dans la salle. Huit homme en armures rutillantes, fièr droit et sur d'eux; Leur Armure brillait de l'éclat de la lune. Jamais amandil n'avait vu juste qu'alors des armures aussi argentées. Voyant que les apprentis n'étaient pas en état de résister, ils entreprirent de libérer les prisonniers. Un chevaliers de grande taille approcha de la cage d'Amandil:

-"Je suis Samildanach et je viens vous chercher !"
[A Suivre].

Edite Admin: (Ce texte a été modifié à la demande de certaines personnes, afin de ne pas heurter la sensibilité de certain ex-Chevaliers d'Uther).


Revenir en haut
Matmarann
Commander

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2007
Messages: 949
Localisation: Au Santum.

MessagePosté le: Lun 16 Juil - 12:45 (2007)    Sujet du message: [Bg] Journal d'un mort, Partie 2: Répondre en citant

La folie ... qu'est ce que la folie, sinon le retranchement de soi-même pour oublier ses doutes ? N'y a-t-il pas ici bas un homme qui n'est jamais douté ? Si c'était le cas ... la lumière serait parmis nous.


Quelque part dans une ruelle d'hurlevent, un homme assit là depuis plusieurs jours, le visage recouvert par un capuchon, se tient la tête comme si elle allait exploser. Laissant apercevoir ses cheveux d'un blond dorés sortirent par mèches entre ses doigts. La semble l'habiter parfois plus rudemant que d'autres, des petit grognements sont accompagnés par de la sueur qui goutte en de multiples perles sur le sol ...
-"Amandil !! µAmandil !!! "

L'image se brouille...


-"Je suis Samildanach et je viens vous chercher !"
-" Non ! cria Amandil."
Il saisit le poignet du chevalier à travers les barreaux, et, de l'autre main lui montra le <miroir> et le démon, soudain calme et attentif.
-"Si vous ouvrez la serrure, vous libérerez le démon", dit Amandil.
Samildanach regarda le monstre.
-"Ne vous inquiétez pas, Messire. Nous ne le laisserons pas vous faire de mal."
-"Le maitre des lieux reviend bientôt ! Vous ne pourrez pas le combattre en même temps que le démon !"
-"Ce démon est l'image de vos tourments, si vous ne revenez pas à vous, il vous hantera toute votre vie, Fils d'Armenelos ... Le démon est-il loyal au maitre des lieux ?"
-"Loyal ? pourquoi lui serait-il loyal ?"
-"Alors, ne craignez rien. La créature ne vous attaquera pas si vous en décidez ainsi. Soyez seulement prêt à fuir dès que la porte s'ouvrira."


Soudain, le Chevalier tendit l'oreille. Puis il se tourna vers ses camarades.
-"Il revient."
Tous se mirent en rang, leurs épées à la main tendues devant eux. Un homme de grande taille aux cheveux blond entra dans la pièce, il portait les couleurs des chevaliers d'Uther et ressemblait comme deux gouttes d'eau à l'homme qui se tenait dans la cage. Derrière lui sont nombre dansait comme si il la contrôlait.
les yeux d'Amandil se fixèrent sur samildanach avec un mélange d'espoir et d'incertitude.
-"Ravis de vous rencontrer Samildanach, père de Matmarann, dit le double d'Amandil, un brin d'amusement dans la voix."
Le mon fit sursauter Amandil. Il le connaissait ! Mais d'où ? une autre surprise l'attendait: samiladanach sortit du groupe de Chevalier, il semblait ne pas porter l'âge de ses connaissances, mais son visage lui rappelait quelqu'un ... Ses cheveux d'un blanc neige se mirent à se colorer en brun foncé, l'espace d'un instant Amandil reconnu ce visage ... Matmarann !

-"Je me demandais quand vous vous décideriez à me rendre visite ? dit le double d'Amandil."
il regarda Samildanach et sa troupe de Chevaliers d'argent. puis il ajouta.
-"C'est tout ce que vous avez trouvé ? Devenir des morts-vivants sera une amélioration pour vous ... Minables !"
Le Chevalier Edrin cracha un juron et leva son arme pour laver cette insulte. Quand l'épée s'orienta vers le double D'Amandil, Le vrai, dans sa cage, vit que l'ombre du double se mettait à bouger.
De la lumière jaillit de l'arme, mais elle se détourna du double pour frapper l'ombre. L'énergie divine coula dans l'ombre et l'épée noircit et se transforma en cendres. Edrin lâcha son arme et recula.

Un silence stupéfait s'abattit sur le groupe de chevaliers ... Le double d'Amandil n'intervint pas, à la grande surprise de ce dernier.
-"Vous ne pouvez pas me faire mal avec ça, dit le double."
-"Ni vous à moi, répondit Samildanach."


Le double leva un sourcil, affectant la surprise.
-"Attention, Samildanach ! Je pourrais croire que vous avez des doutes sur mon amitié avec votre fils !"
-"Des doutes ? J'ignorai que vous étiez Amandil, l'ami de mon fils se trouve derrière moi et c'est lui qui est l'homme qu'il appelait autrefois son ami !"

Le double regarda vers la cage amusé.
-"Il est fatiguant, non ? dit-il en désignant le chevalier. Que peut-on espérer d'un type dont la devise familiale est de servir la lumière avant sa famille ?"

Samildanach souleva son épée, et jeta un rayon de lumière de sa main libre. Tous les chevaliers l'imitèrent .
Une lumière aveuglante envahit la pièce. Amandil tomba à genoux quand la tour s'arracha à ses fondations et s'envola au loin. Il sourit. Une puissance divine telle ! Déplacer ainsi la tour était un exploit incroyable dans ce lieu. Il devina les intentions de Samildanach et se permit d'espérer de nouveau.
Quand la tour s'arrêta, il ferma les yeux. Des sens qu'il n'avait plus utilisé depuis longtemps lui indiquèrent où se trouvait l'édifice: au coeur d'un marais. Amandil se releva et regarda son double. En position défensive, il brandissait son épée. Sa gorge se noua, car il connaissait la puissance de l'homme qui l'avait, durant tant de mois, torturé.
Pourtant, le double n'attaqua pas.
Amandil mit quelques instants à déchiffrer son expression; il avait peur !


Le flou ... le brouillard ... le silence ... le bruit de la cité.

L'homme qui se tenait toujours la tête, sous son capuchon, leva la tête un instant vers le ciel en hurlant, les badauds ne firent même pas attention à lui ... La pluie se mit doucement à tomber sur la capitale des hommes, rabaissant la tête personne ne vit que le vagabond pleurait ...
[A Suivre]


Revenir en haut
Matmarann
Commander

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2007
Messages: 949
Localisation: Au Santum.

MessagePosté le: Sam 11 Aoû - 11:20 (2007)    Sujet du message: [Bg] Journal d'un mort, Partie 2: Répondre en citant

La folie ... la peur de l'échec, les hommes et les femmes de ce monde sont-il limités à leur faiblesse humaine ... où est la lumière quand l'homme pense plus à son nombril qu'à l'être aimé ... la folie est passagère ... la lumière est éternelle ...

-"vous le libérez ?"
-"Oui, nous lui donnerons le repos et le respect qu'il méritent."


D'un geste, le double d'Amandil finit de lancer son sort. Amandil connaissait sa puissance et la terreur qui s'en dégageait.
Un rugissement furieux emplit la salle.
Il connaissait trop bien ce hurlement vengeur ! Il s'éloigna du portail aussi vite qu'il le put, s'aplatissant contre les barreaux en attendant que le démon soit libéré.

-"Ecartez-vous des barreaux !"dit Samildanach qui avait commencé à ouvrir la porte de la cage.
Un rayon d'énergie jaillit, et la serrure en forme de tête de mort fondit. Amandil ouvrit la porte à la volée, sans se soucier des brûlures que lui infligeait le métal surchauffé.
Il s'éloigna de la cage en titubant.
Le double d'Amandil avait finit sa mutation, le démon qu'il était devenu regarda autour de lui, et ses yeux rouges se rivèrent sur Samildanach.
-" Samildanach, dit le démon d'une voix râpeuse, ce nom sonne comme une insulte !"
Il se jeta sur le chevalier d'Argent, ses mains griffues, prêtres à le déchiqueter.
Samildanach laissa tomber ses armes inutiles, saisit les poignets de la créature et invoqua la force surnaturelle de la foi. Les autres chevaliers reculèrent, laissant le bien combattre le mal, chacun déterminé à consumer l'autre.

L'un des compagnons de Samildanach ouvrit un portail dimensionnel ...

Soudain, les anguilles qui surmontaient la tête du démon hurlèrent et se débattirent. Une par une, elles brûlèrent et retombèrent sans vie sur les épaules du monstre. Une vapeur fétide s'éleva du corps du démon et ses écailles noirâtres se détachèrent de sa chair. Trop furieux pour accepter de mourir seul, il entraîna inexorablement Samildanach vers le portail. Sur un dernier effort et une dernière prière Samildanach réussit à pousser le démon dans ce dernier et il disparu rapidement dans un crie strident et infini ...
Amandil eut un sentiment de triomphe, puis éprouva une soudaine sensation de chute vertigineuse.

Il était comme aspiré. Il tomba à travers une mer de sentiments. Loin de son foyer, de son clan, de son passé ... Loin de lui même.
Trop loin pour pouvoir jamais revenir ...

Le flou, la pluie ... les ruelles d'Hurlvent ...

Quelque part dans son esprit, Amandil savait qu'il était prisonnier d'un songe. Trois mois était passé depuis la dissolution des "Chevalier d'Uther". il se réveilla, mais pas de la manière abrupte qui suit généralement un rêve interrompu. Il resta immobile un long moment, trop sonnée par ce qui venait de lui arriver. Combien de temps ... Combien de jours ... Combien d'ami avait-il perdu dans ces mois qui venait de s'écouler sans même qu'il ne s'en rend compte ?

Il déposa sa main sur son coup et sentit une médaille qui pendait à son coup, il prit dans sa main le pendentif qui en était attaché ... un petit cailloux d'une blancheur inégalé. Mais que faisait cette pierre lumineuse sur lui ... qui donc avait bien pu la mettre ici ... Soudain ...une image vint à lui ... Celle d'un chevalier d'une blancheur inégalé ... Samildanach.

Amandil se leva, et s'enfonça dans la grand cité, la mémoire retrouvée ...
[A suivre]


Revenir en haut
Matmarann
Commander

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2007
Messages: 949
Localisation: Au Santum.

MessagePosté le: Ven 31 Aoû - 11:35 (2007)    Sujet du message: [Bg] Journal d'un mort, Partie 2: Répondre en citant

-" Allez !! Allez réveille-toi ?!!"

L'entité secouait Matmarann ...

-"Allez !!Maraël !!débout !!"

Les rues, au pied du palais céleste, fourmillaient d'âmes et de gardiens, même en cette heure matinale - Dans le royaume des cieux, il est dur de comparer les jours à ceux du monde terrestre, car il ne fait jamais nuit là haut, la lumière brille de mille feux à chaque instant, le sommeil n'existe plus ...

Matmarann ouvrit avec difficulté les yeux, il eu du mal à reconnaître la personne qui se trouvait devant lui et sa vison dut prendre un temps pour s'adapter à la blancheur de la pièce:

-" O ...?!! Oll ... ? !!! C'est impossible ???"

Le Viel homme sourit un instant, rassurer de voir bouger le jeune homme:

-"Tout autant que de voir un mort saigner du nez ici" Il laissa apparaître ses dents usées par le temps."

-"Regardes toi !! Il y a du sang sur toute ta tenue que vont penser les autres ?!! Et ou étais-tu ? ... Te souviens-tu ?"

-"Une tour .... un tour sombre ... Amandil ... Mon père était là ... désolé ... je ne me souviens plus."

-" Munnnn, peu importe à présent, tu dois te lever !! et continuer ta route ..."


La silhouette du vieil homme disparu, comme par magie ...

-" Ollathair !!!"

Un gardien pénétra dans la pièce:

-"Tout va bien ?"

-" Oui ... tout va bien ...


Le jeune paladin passa le reste de la matinée à se préparer et à remettre de l'ordre dans ses idées.

Quelques heures plutard il attendait à côté d'un des "Haut-Gardien", tandis que celui-ci recevait d'innombrables solliciteurs.

C'était le premier jour du procès pour Maraël . Et déjà, il s'impatientait. Le "Haut-Gardien" l'avait chargé de sa défense. Pourquoi ne le laissait-il pas airé ici à jamais ? Pourquoi l'avait-on accusé de trahison, comment pouvait-on croire qu'il était complice dans la bataille Lurakoen et lié à Eva !!

Maraël ne comprenait pas pourquoi ici les âmes tenaient tant à la coutume de l'audience quotidienne, surtout en des temps aussi troublés. Partout, dans cette blancheur, on voyait les traces de la bataille: les âmes nettoyant la cité des débris accumulés, d'autre se lamentaient en pleures ...

Les âmes céleste étaient fiers, mêlant des rituels de deuil aux célébrations de victoire, comme pour faire un pied de nez au monde du dessous omniprésent.

A l'extérieur du palais, le bruit familier de la rue augmenta soudain. Le "Haut-Gardien" battit des ailes et fît signe à Maraël, qui se hâta d'aller voir à la fenêtre de quoi il retournait.

Comme à chaque jugement divin la foule attendait dehors, espérant pouvoir entrer. Matmarann détourna le regard d'une jeune âme, car sa silhouette lui rappelait douloureusement sa douce Mallya ...

Le "Haut-Gardien" approcha à son tour de la fenêtre, regarda la foule.

-"Nous avons du travail devant nous, dit-il. Que ceux qui sont venus chercher le jugement attendent en paix. Et que ceux qui voulaient simplement se distraire s'en aillent ... il ni a pas de spectacles ici."

Certaines âmes partirent. D'autres restèrent, instantanément calmés.

Le "haut -Gardien" fît face à Maraël.

-"vous êtes ici sur mon ordre. Je n'ai pas eu le choix, mais je ne crois rien de ce qui a été dit à votre sujet. Vous souvenez vous de la visite d'Eva? Quand elle est descendue par l'escalier sombre ?"

-"Eva, répéta Matmarann"

-"Vous êtes accusée d'avoir conspiré avec elle et de l'avoir aidé à s'échapper. Avez-vous été ensorcelé ?"

-"Pas que je sache."


Matmarann et le "Haut-Gardien" échangèrent un regard.

-"Vous devriez suivre votre coeur, dit soudain Matmarann."

-"Est-ce une prédilection ? Demanda le "Haut-Gardien"

-"Pouvez-vous imaginer une circonstance où vous violerez volontairement un serment, quel que soit le prix pour vous, ou le bénéfice pour quelqu'un d'autre ? Moi non !!! Je ne briserai jamais un serment.


Matmarann hésita un instant puis secoua la tête.

-"Vous êtes plus sage que moi à en croire vos ailes. Autrefois, j'ai payé le prix de l'amour de mes compagnons avec mon honneur. Je le ferais de nouveau, pour la vérité, quel que soit le prix à payer pour moi."

-"C'est le monde du dessous qui vous attend, si vous vous obstinez, Maraël ?"


Avant que Matmarann puisse répondre, le "Haut-Gardien" disparut.

Oui, comprit-il, ce monde était tout aussi prisonnier que celui des vivants et la tâche qui l'attendait serait dur ... Même si cela impliquait de ne plus revoir ses amis.
[A Suivre]


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:29 (2017)    Sujet du message: [Bg] Journal d'un mort, Partie 2:

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    ~ Les registres des chevaliers ~ Index du Forum -> La Bibliothèque -> Biographies -> Archives du passées (BG). Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com